Le rococo

 

0. Panorama du 18e siècle 
1. Le rococo (≈ 1700-1785)
2. Le portrait (≈ 1700-1820)
3. Les inclassables
4. Les artistes du Grand Tour (≈ 1700-1820)
5. Le néo-classicisme (≈ 1760-1830)

 

1. Le rococo (≈ 1700-1785)

 

Fragonard. Les Hasards heureux de l'Escarpolette, 1767Fragonard. Les Hasards heureux de l'Escarpolette, 1767

 

Le style rococo a tout le charme et l’élégance du 18e siècle. Style décoratif d’abord, il touchera ensuite la peinture et constituera une rupture majeure avec l’art baroque qui le précède. Le terme rococo a été inventé tardivement, dans les années 1790, par un étudiant de Jacques-Louis David (1748-1825), l’apôtre du néo-classicisme. Il s’agissait bien entendu de tourner en dérision l’ancien style en forgeant un néologisme résultant de la contraction de rocaille et de barroco (baroque en espagnol). La rocaille est un type de décoration en vogue utilisé pour les fontaines, mais aussi pour l’architecture et le mobilier.

 

Décor rocaille. Palais Rohan, Strasbourg Salon inspiration rococo. Metropolitan Museum of Art Table rocaille 18e

 

Quant au rattachement au baroque, ce fut la doctrine dominante jusqu’au 20e siècle. Le rococo était considéré comme une tendance de l’art baroque jusqu’à ce que certains historiens de l’art plaident en sa faveur et y voit un style à part entière. Quoi qu’il en soit, s’il prend racine dans le baroque, le rococo s’en distingue nettement par l’esprit. Léger, badin, sentimental, facétieux, il marque une rupture avec la grandiloquence et la solennité du baroque.

Les thèmes rococo peuvent emprunter à la mythologie mais avec un détournement vers la galanterie. L’influence du théâtre se traduit par des déguisements des personnages et par le thème des fêtes galantes. Il s’agit de scènes de plein air montrant des couples d'amoureux réunis dans des jardins ou des parcs, occupés à des divertissements de société ou faisant de la musique. Watteau, Fragonard, Boucher ont ainsi leurs fêtes galantes. L’érotisme n’est pas absent, en particulier chez Boucher.

L’orientation thématique du style rococo donnait prise à l’un des principaux reproches qui lui fut adressé : son manque de sérieux. Pour les amateurs de sérieux, il suffira d’attendre : le néo-classicisme abandonnera le plaisir pour retrouver la grandeur et l’héroïsme.

 

Pour une étude complète, cliquer sur le nom du peintre

Antoine Watteau (1684-1721)

Watteau est un peintre profondément original. Les scènes historiques ou mythologiques, si abondantes dans la peinture du 17e siècle, ne l’intéressent pas. Pas plus d’ailleurs que la réalité sociale de l’époque. C’est le rêve et la poésie qui l’attirent, d’où les fêtes galantes et les costumes de théâtre qui parsèment son œuvre. Mais cette apparente frivolité ne nous conduit pas vers la gaîté. C’est vers une douce mélancolie que nous emmène ce peintre-poète.

François Boucher (1703-1770)

Boucher fut le grand peintre officiel du règne de Louis XV. Directeur de l’Académie et premier peintre du roi, il voit affluer les commandes royales et celles de Mme de Pompadour. Outre les portraits, son œuvre comporte des thèmes mythologiques parfois teintés de galanterie ainsi que des scènes érotiques qui parviendront à faire scandale.

Jean-Honoré Fragonard (1732-1806)

Fragonard n’eut pas la reconnaissance officielle de François Boucher, ce qui lui laissa une grande liberté. Il explore de nombreux thèmes et son style évolue beaucoup. Scènes mythologiques, paysages, portraits, scènes galantes et sensuelles, la diversité caractérise ce peintre. Par sa touche rapide, certains voient en lui un précurseur de l’impressionnisme. Claude Monet appréciait beaucoup Fragonard.

Giambattista Tiepolo (1696-1770)

Peintre et graveur italien, Tiepolo est surtout connu pour les nombreuses fresques qu’il réalisa dans des églises ou palais, non seulement à Venise, sa ville natale, mais aussi à Bergame, Udine, Madrid et Würzburg. Il est considéré comme l’un des plus grands peintres du 18e siècle vénitien.

Francesco Zuccarelli (1702-1788)

L’œuvre de Francesco Zuccarelli se situe dans la lignée du paysage arcadien qui avait pris naissance dès le 16e siècle avec des artistes comme Giorgione, Titien, Dosso Dossi. Zucccarelli, l'un des plus grands paysagistes du 18e siècle, nous offre donc une nature idéalisée et très accueillante comportant des personnages en parfaite harmonie avec le milieu naturel.

Ajouter un commentaire