Rosalba Carriera

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

 

Autoportraits

 

Rosalba Carriera. Autoportrait avec un portrait de sa sœur (1715)

Rosalba Carriera. Autoportrait avec un portrait de sa sœur (1715)

Pastel sur papier, 71 × 57 cm, Galerie des Offices, Florence.

Rosalba Carriera. Autoportrait en Hiver (1731)

Rosalba Carriera. Autoportrait en Hiver (1731)

Pastel sur papier, 46,5 × 34 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde.

Rosalba Carriera. Autoportrait (1746)

Rosalba Carriera. Autoportrait (1746)

Pastel sur papier, 31 × 25 cm, Galeries de l’Académie, Venise.

 

 

Biographie

 

1675-1757

Rosalba Carriera est née à Venise dans un milieu modeste. Sa mère, dentellière, apprit ce métier à sa fille. A dix-huit ans, Rosalba était donc dentellière quand elle rencontra un peintre français, Jean Stève qui l’initia à la peinture de miniatures. La miniature est une petite surface d’ivoire sur laquelle est réalisé un portrait. La miniature sert à orner des accessoires ou des bijoux : tabatière, bracelet, bague, carnet de bal, etc.

 

Rosalba Carriera. Françoise-Marie, duchesse d’Orléans en Amphitrite (début 18e)

Rosalba Carriera. Françoise-Marie, duchesse d’Orléans en Amphitrite (début 18e)

Aquarelle sur ivoire, 8,5 × 6,5 cm, Royal Collection of the United Kingdom.

 

La mode du tabac se développant, Rosalba Carriera crée des miniatures sur tabatières qui connaissent un grand succès auprès des riches voyageurs venant visiter la Cité des Doges dans le cadre de leur Grand Tour. Sa célébrité de miniaturiste passe les frontières et, au début du 18e siècle, elle reçoit des commandes royales. Ainsi, en 1709, le roi du Danemark Frédéric IV lui commande une série de douze miniatures.

Dans sa jeunesse, Rosalba Carriera avait également fréquenté l’atelier du peintre Giuseppe Diamantini (1621-1705) et acquis un savoir-faire plus large que la miniature. Peu à peu, elle se spécialise dans le portrait au pastel, technique peu répandue à l’époque. Ses portraits au pastel, légers, vaporeux, sont immédiatement appréciés et les touristes étrangers affluent pour obtenir un portrait de sa main. Elle réalise à cette époque plusieurs portraits de souverains : Maximilien II de Bavière, Frédéric IV du Danemark.

En 1715, Pierre Crozat (1661-1741), un financier et marchand d’art français, lui rend visite. Cinq ans plus tard, en 1720, il l’invite à Paris. Dans une lettre datée du 20 janvier 1720, Pierre Crozat fait part de toute son admiration à Rosalba Carriera :

« En vérité, je ne saurais trop vous dire combien est grande l’estime que je porte à votre talent et à votre rare mérite. Soit dit sans me fâcher avec nos braves peintres, même les plus distingués, vous leur êtes supérieure ; et si vous vous étiez appliquée à exécuter en grand, vous auriez marché de pair avec les premiers des temps passés. Combien je serai heureux de vous avoir pour hôte. C’est ce dont je veux vous convaincre malgré toute votre modestie. » (*)

De tels éloges ne pouvaient que convaincre. Rosalba, sa mère et sa sœur Angela font le voyage à Paris et sont logées dans l’Hôtel de Pierre Crozat, rue Richelieu. Le séjour à Paris dure dix-huit mois au cours desquels l’activité de Rosalba est particulièrement intense. Elle est sollicitée par la famille royale et l’aristocratie pour la réalisation de portraits au pastel devenus très à la mode. Elle reçoit de constantes visites à l’hôtel de Crozat et doit répondre à quantité d’invitations. Sa sœur Giovanna lui sert d’assistante pour la réalisation des centaines des portraits qui lui sont commandés. Son beau-frère, le peintre Antonio Pellegrini (1675-1741) séjourne également à Paris et peut lui venir en aide.

 

Rosalba Carriera. Louis XV, dauphin de France (1720-21)

Rosalba Carriera. Louis XV, dauphin de France (1720-21)

Pastel sur papier, 50,5 × 38,5 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde.

 

Rosalba prend contact avec le milieu artistique parisien et rencontre les peintres les plus célèbres du moment, en particulier Antoine Coypel (1661-1722), Hyacinthe Rigaud (1659-1743) et Antoine Watteau (1684-1721) dont elle fera le portrait. L'influence de Rosalba Carriera sur Maurice Quentin de la Tour (1704-1788), le grand pastelliste français de 18e siècle est incontestable. Celui-ci était en effet en apprentissage chez Claude Dupouch pendant le séjour de l’artiste vénitienne et se spécialisera dans le pastel dans la décennie 1720-1730.

Rosalba Carriera sera admise à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Paris après son retour à Venise en 1722.

L’aura artistique de la pastelliste ne fera que croître après son voyage à Paris. Toute l’aristocratie européenne la convie. En 1723, elle séjourne à Modène pour réaliser des portraits de la famille d’Este. La cour d’Autriche l’invite à Vienne en 1730 où elle fera le portrait de plusieurs membres de la famille impériale.

Rosalba Carriera devint aveugle à la fin de sa vie. Sa vision s’affaiblissant, elle subit en 1749 une opération de la cataracte. Mais les techniques de l’époque ne permettaient pas d’amélioration durable et, après un court répit, la cécité devint complète. Elle meurt à Venise le 15 avril 1757, à l’âge de 82 ans, en ayant survécu à tous les membres de sa famille.

 

(*) Journal de Rosalba Carriera pendant son séjour à Paris en 1720 et 1721, consultable sur Gallica BNF

 

Œuvre

 

Rosalba Carriera eut une influence importante au début du 18e siècle dans le domaine du portrait. Elle sut capter l’évolution du goût dans l’aristocratie de l’époque vers plus de légèreté. Le portrait solennel ayant pour fonction de témoigner de la puissance et de la richesse du modèle, qui domine jusqu’au 17e siècle, laisse désormais place à l’exploration des personnalités et de la psychologie individuelle. L’individu supplante déjà dans le domaine artistique la famille, la fonction, le rang.

L’œuvre de Rosalba Carriera comporte deux aspects : les miniatures et les portraits au pastel, dont environ 150 sont conservés à la Gemäldegalerie de Dresde. Il reste peu de choses de ses miniatures, dispersées dans les familles. Mais ses portraits constituent le prélude aux développements futurs du rococo en France. D’abord par le style fait de légèreté et de spontanéité : Rosalba Carriera saisit une dominante du modèle, qu’elle transcrit directement au pastel sur le support, sans dessin préalable. Cette rapidité d’exécution est un gage d’authenticité. Mais l’artiste sait également qu’il faut flatter le commanditaire pour obtenir son approbation et ses portraits constituent sans aucun doute une idéalisation des personnages représentés. Les portraits de Jean-Marc Nattier, puis ceux de Jean-Baptiste Greuze ne se conçoivent pas sans l’engouement suscité en France en 1720-21 par Rosalba Carriera. La parenté paraît évidente entre la Jeune fille tenant une couronne de laurier (1720) de Carriera, Pauline Félicité de Mailly-Nesle (1740) de Nattier et Le chapeau blanc (1780) de Greuze.

Rosalba Carriera. Jeune fille tenant une couronne de laurier (1720)

Rosalba Carriera. Jeune fille tenant une couronne de laurier (1720)

Pastel sur papier, 61,5 × 54,5 cm, musée du Louvre, Paris.

Nattier. Pauline Félicité de Mailly-Nesle (v. 1740)

Jean-Marc Nattier. Pauline Félicité de Mailly-Nesle (v. 1740)

Huile sur toile. Collection particulière.

Greuze. Le Chapeau blanc (1780)

Jean-Baptiste Greuze. Le Chapeau blanc (1780)

Huile sur toile, 56,8 × 46,5 cm, Museum of Fine Arts, Boston. 

 

Rosalba Carriera eut également un rôle déterminant dans la promotion du pastel. Il n’était utilisé que pour réaliser un dessin préalable à l’exécution d’un tableau à l’huile. Il acquiert désormais ses lettres de noblesse et devient une technique ayant ses spécialistes, comme le français Maurice Quentin de La Tour au 18e siècle.

Rosalba Carriera peignait ce qui enchantait l’aristocratie du siècle des Lumières. Ce faisant, elle a laissé une galerie de portraits particulièrement précieux pour les historiens, tant pour l’image des modèles que comme témoignage du goût d’un monde aujourd’hui disparu.

 

Rosalba Carriera. Françoise-Marie, duchesse d’Orléans en Amphitrite (début 18e)Rosalba Carriera. Françoise-Marie, duchesse d’Orléans en Amphitrite (début 18e). Aquarelle sur ivoire, 8,5 × 6,5 cm, Royal Collection of the United Kingdom. Françoise-Marie de Bourbon (1677-1749) est la fille de Louis XIV et de la marquise de Montespan, sa favorite. Elle fut légitimée en 1681 et épousa Philippe d’Orléans, le futur Régent, en 1692. A cette occasion, Louis XIV dota sa fille de la somme énorme de deux millions de livres. Il fallait faire accepter la mésalliance.

 

Rosalba Carriera. Jeune fille tenant une couronne de laurier (1720)Rosalba Carriera. Jeune fille tenant une couronne de laurier (1720). Pastel sur papier, 61,5 × 54,5 cm, musée du Louvre, Paris. Le titre complet est Jeune fille tenant une couronne de laurier, nymphe de la suite d'Apollon. Ce pastel fut le morceau de réception de l’artiste à l’Académie royale de Paris en 1722. « Les effets chromatiques nuancés et délicats, le raffinement obtenu avec ce médium, l'élégance discrète et parfois la pénétration psychologique sont le fait d'un peintre original et subtil. Chacun de ses portraits, exécuté sans effort apparent dans le dessin, exprime à la fois un intellect rigoureux et une technique disciplinée. Aucun artiste travaillant avec le pastel ne se soustrait, hier ou aujourd'hui, à son influence. » (Notice musée du Louvre)

Voir aussi : Les yeux d’Argus

 

Rosalba Carriera. Mademoiselle de Clermont (1720)Rosalba Carriera. Mademoiselle de Clermont (1720). Pastel sur toile, 55 × 42 cm, musée Condé, Chantilly. Marie Anne de Bourbon (1697-1741), dite Mademoiselle de Clermont, est la quatrième fille de Louis III de Bourbon, prince de Condé, et de Louise Françoise de Bourbon, dite Mademoiselle de Nantes. Elle appartient à la famille royale de France et exerce les fonctions de surintendante de la Maison de la Reine de 1725 à sa mort.

 

Rosalba Carriera. Louis XV, dauphin de France (1720-21)Rosalba Carriera. Louis XV, dauphin de France (1720-21). Pastel sur papier, 50,5 × 38,5 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. Louis XV (1710-1774), arrière-petit-fils de Louis XIV, est alors âgé de 10 ans. Trop jeune, le roi ne peut gouverner et Philippe d’Orléans, son cousin, assure la régence.

 

Rosalba Carriera. Jeune fille tenant un singe (v. 1721)Rosalba Carriera. Jeune fille tenant un singe (v. 1721). Pastel sur papier, 62,5 × 48 cm, musée du Louvre, Paris. Il s’agit de la fille de John Law (1672-1729) qui conseilla le Régent Philippe d’Orléans dans le domaine financier en préconisant l’émission de monnaie papier. Ce système fit faillite.

 

Rosalba Carriera. Portrait d'Antoine Watteau, 1721Rosalba Carriera. Portrait d’Antoine Watteau (1721). Pastel sur papier, 55 × 43 cm, Museo Civico Luigi Bailo, Trévise. Jean-Antoine Watteau (1684-1721) est un peintre français, initiateur du thème des fêtes galantes qui connut un grand succès au 18e siècle.

 

Rosalba Carriera. Flora (1730)Rosalba Carriera. Flora (1730). Pastel sur papier, 47 × 32,5 cm, Galerie des Offices, Florence. Ce type de portrait est considéré comme particulièrement osé à l’époque et le prétexte mythologique (la déesse romaine Flore) est nécessaire. Jean-Baptiste Greuze utilisera le modèle pour représenter de jeunes ingénues sachant jouer de leurs charmes.

 

Rosalba Carriera. Marie-Thérèse, archiduchesse de Habsbourg (1730)Rosalba Carriera. Marie-Thérèse, archiduchesse de Habsbourg (1730). Pastel sur papier, 34,5 × 45 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. L’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche (1717-1780) a alors treize ans. Surnommée La Grande, elle fut l’une des souveraines les plus brillantes de son époque. Elle fut aussi la mère de seize enfants, dont Marie-Antoinette, reine de France.

 

Rosalba Carriera. Cardinal Melchior de Polignac (v. 1732)Rosalba Carriera. Cardinal Melchior de Polignac (v. 1732). Pastel sur papier, 57 × 46 cm, Galeries de l’Académie, Venise. Melchior de Polignac (1661-1741) est un ecclésiastique, diplomate et poète, élu en 1704 à l’Académie française. Impliqué dans la conspiration de Cellamare en 1718, il fut exilé dans son abbaye d’Anchin. Rosalba Carriera a su saisir le caractère impérieux et peut-être autoritaire du personnage.

 

Rosalba Carriera. Portrait de Barbara Campanini (v. 1739)Rosalba Carriera. Portrait de Barbara Campanini (v. 1739). Pastel sur papier, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. Barbara Campanini (1721-1799), dite la Barberina, est une danseuse italienne qui se produisit à Parme, sa ville natale, à Paris et à Londres.

 

Rosalba Carriera. Prince héritier Friedrich Christian de Saxe (1739)Rosalba Carriera. Prince héritier Friedrich Christian de Saxe (1739). Pastel sur papier, 63,5 × 51,5 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. Futur Frédéric IV de Saxe (1722-1763), Prince-Électeur, Friedrich Christian a alors dix-sept ans.

 

Rosalba Carriera. Felicita Sartori (1730-40)Rosalba Carriera. Felicita Sartori (1730-40). Pastel sur toile, 75 × 55 cm, Galerie des Offices, Florence. Felicita Sartori (1714-1760) est une artiste vénitienne spécialisée dans la gravure. Elle entretient des liens artistiques étroits avec Rosalba Carriera et deviendra en 1741 peintre de la cour d’Auguste III, Prince-Electeur de Saxe.

 

Rosalba Carriera. Afrique (début 18e)Rosalba Carriera. Afrique (début 18e). Pastel sur papier, 28 × 34 cm, Gemäldegalerie Alte Meister, Dresde. Vision de l’Afrique au début du 18e siècle. Le modèle est affublé d’accessoires divers, en particulier des perles et une arme. Le visage très expressif et le superbe regard font tout l’intérêt du tableau.

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

ROSALBA CARRIERA

Commentaires (1)

Naguère

Merci pour cette page. Cette "peintresse" m'était inconnue. Dans la mesure où elle travailla à la cour de France, je vais faire un lien avec mon blog dans la catégorie PEINTURE.

Ajouter un commentaire