Frans Hals

 

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

__________________________________________________________________________________

 

 Autoportrait

 

 Copie d'un autoportrait, original perdu (vers 1650)

 Copie d'un autoportrait, original perdu (vers 1650)

 

 Biographie

 

1580/83-1666 

Les informations biographiques concernant Frans Hals sont assez lacunaires. On sait qu’il est né entre 1580 et 1583 à Anvers où son père était marchand de drap. La famille était catholique mais elle quitta Anvers après le siège de la ville par les armées espagnoles en 1584-85 (la ville perdit à cette occasion la moitié de sa population qui passa de 80 000 à 40 000 habitants environ). La famille Hals se réfugia à Haarlem, ville située à une vingtaine de kilomètres à l’ouest d’Amsterdam. L’apprentissage de Hals se déroule dans les années 1600-1603 dans l’atelier de Karel van Mander (1548-1606), peintre maniériste flamand également réfugié à Haarlem.

En 1610, Hals est déjà établi comme artiste peintre puisqu’il devient membre de la guilde de Saint-Luc d’Haarlem, corporation d’artistes locaux (peintres, sculpteurs). Il se marie une première fois vers 1611, puis à nouveau en 1617 à la suite du décès de sa première femme. Dix enfants naîtront de ces mariages dont plusieurs seront peintres.

 

Hals. Cortège des officiers et des sous-officiers du corps des archers de Saint-Georges (1639)Hals. Cortège des officiers et des sous-officiers du corps des archers de Saint-Georges (1639)

 

Le premier grand succès de Hals est un tableau de vastes dimensions (172 × 324 cm) représentant un banquet d’officiers, sujet très prisé à l’époque : Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges (1616). L’artiste dispose déjà de nombreuses années d’expérience et il maîtrise parfaitement sa technique, réalisant la prouesse de renouveler un genre traditionnel plutôt compassé en introduisant une forte dimension de psychologie individuelle dans un portrait de groupe. En zoomant sur chaque visage, on peut observer une exceptionnelle aptitude à saisir le profil individuel de chaque personnage.

C’est également vers 1616 que le peintre entre, ainsi que son frère Dirck, à la chambre de rhétorique de Haarlem appelée Les Sarments de la vigne (De Wijngaertranken). Les chambres de rhétorique étaient des sociétés littéraires organisant des conférences et des concours littéraires sur des sujets religieux, moraux ou politiques. Cette appartenance montre à la fois l’importance sociale de Hals dès 1616 et ses préoccupations littéraires, qui se traduiront dans son œuvre par une sorte de langage symbolique articulé autour des postures des personnages et de l’expressivité des visages et des mains.

Hals continuera tout au long de sa vie à recevoir de nombreuses commandes et il travaillera également à la restauration d’œuvres d’art religieuses, payée par la ville de Haarlem. Mais, comme Rembrandt, Hals était un piètre gestionnaire et il sera à plusieurs reprises poursuivi en justice par des créanciers pour ne pas avoir payé ses dettes. Une faveur lui est accordée en 1661 : la guilde des peintres de Haarlem le dispense du paiement de la cotisation annuelle. Mais en 1664, il est à nouveau confronté à des difficultés financières insurmontables : la ville de Haarlem lui verse alors une annuité de deux cents florins. Comme son alter ego d’Amsterdam, malgré une brillante réussite artistique, il mourra pauvre à Haarlem en 1666.

 

Œuvre

 

Frans Hals a peint essentiellement des portraits individuels ou de groupe. Il est réputé travailler vite, par touches rapides, sans lisser parfaitement les surfaces comme on le faisait à l’époque. Pourtant, son œuvre n’est pas considérable : environ 240 tableaux. Il signe cependant de grands chefs-d’œuvre de l’art du portrait avec une mise en page puissante et vive soulignée par le geste des personnages. Certains portraits sont d’une facture étonnement moderne par la capacité de synthétiser une personnalité en quelques touches rapides mais brillantes et de transmettre ainsi par l’image les secrets d’une psychologie : La bohémienne (1628-30), Les régentes de l'hospice des vieillards, détail (1664). On a souvent dit que Hals avait déjà une manière impressionniste (mais on l’a aussi dit de Vélasquez…) et, sans exagérer en ce sens, il faut bien reconnaître que certains de ses tableaux ont un charme à la Cézanne par leur structure hachée et une recomposition surprenante des formes. De ce point du vue, il faut observer l’un des derniers tableaux du peintre : Portrait d'un homme inconnu (1660-63).

 

Hals. La Bohémienne (1628-30)Hals. La Bohémienne (1628-30)

 

Van Gogh était un grand admirateur de Hals, comme l’indique cette observation : « J’ai surtout admiré les mains de Hals, des mains qui vivaient, mais qui n’étaient pas “terminées”, dans le sens que l’on veut donner maintenant par force au mot ‘‘finir”. Et les têtes aussi, les yeux, le nez, la bouche, faits des premiers coups de brosse, sans retouches quelconques. Peindre d’un seul coup, autant que possible, en une fois ! Quel plaisir de voir ainsi un Frans Hals ! » Peindre d’un seul coup, si cela est possible, suppose une maîtrise technique parfaite et un don hors du commun que possédait plus qu’aucun autre Frans Hals. Il parvient à concilier avec brio certaines tendances maniéristes acquises de Karel van Mander (les postures, les mains), un caravagisme nordique dans le traitement de la lumière et le réalisme et une virtuosité rare dans l’exécution. Il mérite ainsi de figurer, aux côtés de Rembrandt et Vermeer, parmi les plus grands du siècle d’or hollandais.

 

Hals. Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges (1616)

Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Georges (1616). Huile sur toile, 175 × 324 cm, Frans Halsmuseum, Haarlem. Les corps des archers et des arbalétriers étaient des milices civiles jouissant d'un grand prestige. Il fallait appartenir aux grandes familles locales pour les intégrer. Ces milices symbolisaient la liberté des villes et leurs membres étaient fiers d'être représentés sur un tableau en tenue d'apparat, parfois même avec armes (voir Cortège des officiers de 1639).
 
Hals. Catharina Hooft et sa nourrice (1619-20)Catharina Hooft et sa nourrice (1619-20). Huile sur toile, 68 × 65 cm, Staatliche Museen, Berlin. Catharina Hooft (1618-1691) appartient à une grande famille d'Amsterdam. A l'âge de 16 ans, elle épousera Cornelis de Graeff (1599-1664), de 19 ans son aîné, l'un des plus puissants maires d'Amsterdam. La nourrice a un geste un peu maniéré mais Hals sait déjà parfaitement capter les expressions de Catharina enfant et de sa nourrice.
 
Hals. Portrait de mariage d'Isaac Massa et Beatrix Van der Laen (1622)Portrait de mariage d'Isaac Massa et Beatrix Van der Laen (1622). Huile sur toile, 140 × 166,5 cm, Rijksmuseum, Amsterdam. Le riche marchand Isaac Massa épouse la fille de Bourgmestre de Haarlem, Beatrix Van der Lean. Le couple est représenté dans une pose un peu relâchée, comme s'il venait de quitter les agapes de la fête. L'arrière-plan, totalement fictif, s'inspire de la campagne italienne avec des éléments d'architecture antique. Il s'agit de mettre en évidence le rang élevé et le raffinement du couple.
 
Hals. Bouffon au luth (1623-24)Bouffon au luth (1623-24). Huile sur toile, 70 × 62 cm, Musée du Louvre, Paris. « S'agit-il d'un simple musicien en représentation ? Tient-il le rôle d'un bouffon comme a pu le faire croire son extrême jovialité ? Ou bien est-il une figure de théâtre comme l'indiquerait son élégant et archaïsant costume de fantaisie (du XVIe siècle) ? [...] En fait ces tableaux, qui appartiennent à ce que l'on nomme le portrait de genre, étaient bien souvent le support d'une réflexion morale sur les plaisirs des sens et leurs dangers. Ainsi ce luthiste pourrait-il être une allégorie de l'ouïe ou bien encore une leçon sur la vanité de la musique, éphémère par essence. » (Notice musée du Louvre)
 
Hals. Le cavalier riant (1624)Le cavalier riant (1624). Huile sur toile, 83 × 67 cm, Wallace Collection, Londres. Ce portrait très célèbre représente un personnage dont l'identité n'est pas connue. L'inscription en haut, à droite permet de déduire qu'il a vingt-quatre ans. Le traitement du costume est un chef-d'œuvre et Hals a parfaitement saisi l'expression de fanfaronnade du modèle.
 
Hals. Jeune homme tenant un crâne (vanité) (1626-28)Jeune homme tenant un crâne (vanité) (1626-28). Huile sur toile, 92,2 × 80,8 cm, National Gallery, Londres. Une vanité est un type de peinture à caractère symbolique axé sur la thématique de l'inéluctabilité de la mort et la futilité des plaisirs terrestres. Le genre s'épanouit au 17e siècle surtout dans les pays catholiques.
 
Hals. Le joyeux buveur (1628)Le joyeux buveur (1628). Huile sur toile, 81 × 66,5 cm, Rijksmuseum, Amsterdam. Hals parvient à saisir les instants privilégiés de la réalité humaine, lorsque le visage et l'attitude expriment l'émotion fugace d'un personnage. Peu d'artistes parviennent à cette époque à tant de vérité.
 
Hals. La Bohémienne (1628-30)La Bohémienne (1628-30). Huile sur bois, 58 × 52 cm, Musée du Louvre, Paris. « Tout dans ce portrait, à savoir le décolleté généreux, le sourire prometteur ou simplement railleur, autant que le regard en coulisse et la tenue négligée du modèle, a volontiers laissé supposer qu'il s'agissait sans contredit d'une jeune personne aux mœurs plutôt légères. Et en dépit du fait que ce portrait se rattache à la catégorie des « portraits de caractère » et qu'il est censé représenter la trivialité ou encore la sensualité, dès l'abord il s'en dégagerait somme toute une simple et éclatante joie de vivre. » (Notice musée du Louvre)
 
Hals. Malle Babbe (1633-35)Malle Babbe (1633-35). Huile sur toile, 75 × 64 cm, Staatliche Museen, Berlin. Personnage populaire ayant probablement vécu à Harleem, cette commère est représentée avec une chope de bière à la main et un hibou sur l'épaule, allusion à sa folie.
 
Hals. Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Adrien (1627)Banquet des officiers du corps des archers de Saint-Adrien (1627). ). Huile sur toile, 207 × 337 cm, Frans Halsmuseum, Haarlem. . Les corps des archers et des arbalétriers étaient des milices civiles jouissant d'un grand prestige. Il fallait appartenir aux grandes familles locales pour les intégrer. Ces milices symbolisaient la liberté des villes et leurs membres étaient fiers d'être représentés sur un tableau en tenue d'apparat, parfois même avec armes (voir Cortège des officiers de 1639).
 
Hals. Portrait de Maria Olycan (1638)Portrait de Maria Olycan (1638). Huile sur toile, 86 × 67 cm, São Paulo Musée d'Art, São Paulo. Les Olycan sont une riche famille de Haarlem exploitant des brasseries. Maria Olycan est née en 1607.
 
Hals. Cortège des officiers et des sous-officiers du corps des archers de Saint-Georges (1639)Cortège des officiers et des sous-officiers du corps des archers de Saint-Georges (1639). Huile sur toile, 218 421 cm, Frans Halsmuseum, Haarlem. Les corps des archers et des arbalétriers étaient des milices civiles jouissant d'un grand prestige. Il fallait appartenir aux grandes familles locales pour les intégrer. Ces milices symbolisaient la liberté des villes et leurs membres étaient fiers d'être représentés sur un tableau en tenue d'apparat, parfois même avec armes, comme ci-contre. Le deuxième personnage tout en haut en partant de la gauche est Frans Hals lui-même, qui faisait partie du corps en tant que peintre célèbre, mais pas au rang d'officier.
 
Hals. Portrait de femme (1644)Portrait de femme (1644). Huile sur toile, 75,9 × 62,5 cm, Michaelis Collection, Cape Town, Afrique du Sud. Le calvinisme impose aux femmes de la bourgeoisie une tenue d'une rigueur extrême et d'un inconfort évident. Du visage émanent dignité et tristesse.
 
Hals. Portrait de famille dans un paysage (1645-48)Portrait de famille dans un paysage (1645-48). Huile sur toile, 202 × 285 cm, Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid. « Hals parvient, comme aucun autre, à pénétrer la personnalité de ses modèles en leur donnant une vitalité et une spontanéité jusqu'alors inconnue. Sur cette toile, les conjoints se tiennent la main, symbolisant la loyauté du mariage, tandis que le chien au pied de la jeune fille représente la fidélité. La touche est si relâchée et libre qu'elle paraît incroyablement moderne pour son époque. Ses portraits collectifs et de groupe, comme dans le cas présent, sont les plus célèbres qu'il nous ait légués. » (Notice Musée Thyssen-Bornemisza)
 
Hals. Portrait de Frans Post (vers 1655)Portrait de Frans Post (vers 1655). Huile sur bois, 27,5 × 23 cm, Worcester Art Museum, Massachusetts. Frans Post (1612-1680) est un peintre néerlandais qui s'embarqua pour le continent américain et fit des tableaux des paysages de ce continent.
 
Hals. Portrait d'un homme inconnu (1660-63)Portrait d'un homme inconnu (1660-63). Huile sur toile, 80 × 67 cm, Fitzwilliam Museum, Cambridge. Ce portrait d'une facture tout à fait atypique pour le 17e siècle – un regard actuel pourrait le dater par le style de la fin du 19e siècle – suppose une liberté créative et une audace technique rare. Le vieux Frans Hals (il a plus de 80 ans) se permet avec l'âge, comme d'autres artistes (Greco, Bosch, Titien), des expériences picturales qui ne sont qu'à la portée des visionnaires.
 
Hals. Les régents de l'hospice des vieillards (1664)Les régents de l'hospice des vieillards (1664). Huile sur toile, 172,5 × 256 cm, Frans Halsmuseum, Haarlem. En 1598, la municipalité de Haarlem décide la construction d'un hospice pour recueillir ses vieillards nécessiteux. L'établissement est dirigé par un conseil d'administration composé de régents et régentes. En 1810, le bâtiment est transformé en orphelinat et enfin, en 1913, il devient le musée Frans Hals. Le côté sarcastique de la composition ne doit pas échapper. Ces personnages austères, tout de noir et de blancs vêtus, vivent à des années-lumière de l'univers mental du fantaisiste Frans Hals. Les mains, gantées ou non, ne sont pas terminées comme l'a dit Van Gogh. Ni picturalement, car le peintre ne cherche pas la finition parfaite des classiques, ni métaphoriquement : les régents ne savent visiblement pas qu'en faire. Les cinq régents sont assis. Le directeur apparaît à l'arrière-plan.
 
Hals. Les régentes de l'hospice des vieillards (1664)Les régentes de l'hospice des vieillards (1664). Huile sur toile, 172,5 × 256 cm, Frans Halsmuseum, Haarlem. Les quatre régentes, membres du conseil d'administration de l'hospice apparaissent au premier plan. Derrière elles, l'intendante se tient debout à droite. Les régentes sont encore plus austères et revêches que les régents, et pas davantage qu'eux, ne savent positionner leurs mains avec élégance. Sans doute doit-on voir aussi sur ces visages la proximité de la mort, à laquelle, à cette époque, le peintre devait beaucoup songer.
 
Hals. Les régentes de l'hospice des vieillards, détail 1 (1664)
 
Hals. Les régentes de l'hospice des vieillards, détail 2 (1664)

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre :

Frans Hals

Ajouter un commentaire