Pandémie : contraindre les irresponsables

14/07/2021

Patrick AULNAS

La liberté suppose la responsabilité. Les égarements anarchisants ou l’insouciance coupable conduisent toujours à un tour de vis du pouvoir politique. Dès l’annonce d’Emmanuel Macron du resserrement des contraintes, le 12 juillet 2021, une ruée sur le site Doctolib pour s’inscrire aux centres de vaccination a été constatée. On peut en conclure qu’il faut manier le bâton pour amener à la raison certaines personnes.

Quelles sont les motivations de ces candidats tardifs au vaccin ? Probablement aussi médiocres que leur attentisme : il s’agit de pouvoir partir en vacances, aller au restaurant et tutti quanti. Nous sommes en présence d’enfants que l’on menace de priver d’un jouet ou d’une sucrerie et qui se décident à obtempérer. On aurait préféré une petite réflexion individuelle sur l’impératif vaccinal pour casser la propagation du virus. Mais il faut faire avec ce qu’on a. 

Individualistes obtus

Contrairement à d’autres peuples, trop de français se sont comportés en individualistes obtus au cours de ces derniers mois de pandémie. Des vaccins sont disponibles et très efficaces. Personne ne le conteste. Quelques hurluberlus se présentent comme des opposants de principe à la vaccination, mais il s’agit de manipulateurs jouissant du pouvoir de tromper autrui que leur donne l’accès désormais facile aux médias par le biais d’internet. En vérité, sauf cas tout à fait exceptionnel, il n’existe aucune raison plausible de ne pas se faire vacciner.

Se vacciner pour revenir à la vie normale

Les personnes refusant la vaccination ou les attentistes (mais qu’attendent-ils ?) empêchent le retour à la vie normale. Ils activent la circulation virale dans la société, favorisant ainsi les mutations du virus et de nouvelles vagues épidémiques. Les faillites futures, le chômage futur, l’impossibilité de suivre des cours, l’augmentation du nombre de décès seront imputables aux non vaccinés. Un tel comportement est irresponsable et profondément anti-libéral.

Comment peut-on prétendre détenir la vérité contre 99% des scientifiques favorables à la vaccination. Comment peut-on soutenir que la vaccination comporte un risque supérieur à la contamination virale alors que la quasi-unanimité des spécialistes indique depuis des mois que la balance bénéfice-risque de la vaccination est archi-favorable ?

Il n’est pas possible au nom d’une pseudo-liberté qui n’existe que dans des esprits atrophiés d’empêcher le retour à la vie normale dans notre société. Le raisonnement serait le même si des bandes de brigands portait atteinte à la tranquillité de tous. Il faudrait les ramener dans le droit chemin par la violence légale. Car il est contraire aux principes les plus fondamentaux de la démocratie et du libéralisme d’admettre qu’une petite minorité puisse faire échec à la volonté de la majorité. Il s’agit d’une forme de dictature. 

Pour une obligation vaccinale pour tous

Une obligation vaccinale pour tous, à partir d’un âge qu’il appartiendra aux scientifiques de préconiser, devra donc être votée dans les prochains mois. Les restaurants, les cafés, les hôtels, les salles de spectacle, le tourisme et bien d’autres secteurs ne retrouveront leur activité habituelle qu’à cette condition. Et nous ne retrouverons notre complète liberté que si nous contraignons quelques irresponsables à faire leur devoir.

L’obligation vaccinale peut être analysée comme un élément du pouvoir régalien et non comme un interventionnisme étatique excessif. Il s’agit en effet de remettre de l’ordre dans la société afin de permettre à chacun de vaquer à ses occupations en toute liberté. Le désordre provient du refus abusif de se vacciner, alors que le risque encouru est quasiment nul. Il n’existe pas de liberté de se vacciner ou non lorsque l’humanité entière est en proie à une pandémie. Mais il existe des dommages irréversibles causés à la société entière par les opposants ou les réticents à la vaccination. 

Pas de nouveau clivage en vue

Il n’y a pas lieu de penser, comme l’affirme certains, qu’une obligation vaccinale générale entraînerait un clivage supplémentaire dans la société. Pourquoi ? Tout simplement parce que les opposants par principe à la vaccination sont rarissimes. Par contre, il existe un certain nombre d’esprits faibles influencés par les précédents et un nombre encore plus important d’attentistes impénitents qui ne passent à l’action qu’avec l’épée dans les reins. La raison la plus élémentaire étant du côté de la vaccination, l’obligation ne sera ressentie comme une contrainte injustifiable que par une infime minorité. Les autres se rallieront.

Commentaires

  • Cassandre
    • 1. Cassandre Le 05/08/2021
    Contrairement à ce que pense madame Delcol, je ne considère pas que le problème de la vaccination généralisée soit un problème d'idées politiques. C'est un problème de santé publique et toutes les données disponibles montrent l'intérêt majeur de la vaccination. Le déni actuel de la science, chez certains, est confondant et inquiétant.
    • rivagedeboheme
      • rivagedebohemeLe 05/08/2021
      Je suis tout à fait d'accord avec vous. De nombreux manifestants contre la pass sanitaire sont manipulés politiquement. D'une part, ils confondent approche individuelle (je ne risque pas grand-chose) et approche collective (transmission et mutation du virus). D'autre part, dans le champ du collectif, ils assimilent politique politicienne (je m'oppose à Macron) et politique sanitaire (indispensable action collective contre la pandémie). Chez les anti-vaccins, le défaut de culture historique est criant. Ils n'ont aucune idée de ce qu'étaient les maladies infectieuses avant l'énorme progrès que représentent les vaccins. Par exemple, la variole ou la tuberculose faisaient des ravages.
  • Nathalie H.
    • 2. Nathalie H. Le 18/07/2021
    Je suis tout à fait d'accord avec Mme Delcol à ce sujet.

    En ce qui concerne votre article, M. Aulnas, le gouvernement a créé une profonde division politisée -- une apartheid -- au sein même du pays. Le gros méchant loup, pointé du doigt, est désormais la personne lambda, le tartempion qui refuse de se soumettre corps et âme au diktat sanitaire de "Big Pharma", sachant que le virus en question n'a même pas encore été isolé (je vous laisse en tirer les conclusions quant à la validité du contenu des vaccins).

    L'heure est grave, M. Aulnas. "Contraindre les irresponsables", quelle intransigeance ! L'irresponsable n'est pas la personne non vaccinée, cette personne que vous jetez dans la fosse aux lions. L'irresponsable est une coalition mondialisée de pays comme la France qui refuse d'imposer la moindre sanction économique à la Chine communiste -- pays d'origine de ce virus, rappelons-le -- mais préfère inciter le peuple à s'en prendre à son voisin de palier, à son collègue, c'est bien plus facile. Diviser pour régner, telle est leur devise. Car de l'opprobre à l'invitation à la délation, il n'y a qu'un pas que des endoctrinés n'hésiteront pas à franchir.

    Quant à cette idée du retour à la normalité une fois que tout le monde sera vacciné, rien de tel ne se produira. Ce que nous vivons actuellement est le début de la fin d'une époque désormais révolue, révoquée, vaincue. La Grande Réinitialisation (The Great Reset) du Forum Economique Mondial nous a pondu des pépites pour cet avenir "égalitaire" (lisez : totalitaire) qui se fabrique aujourd'hui.

    Un jour viendra où peut-être vous aurez pris assez de recul pour remercier ceux qui auront refusé de courber l'échine, oui ces gens-là, ces pestiférés, ces non-vaccinés, ces membres de la Résistance qui se bat pour la vérité, pour la liberté. Rien à voir avec cet "individualisme obtus" dont vous nous accusez.
    • rivagedeboheme
      • rivagedebohemeLe 18/07/2021
      Je ne pensais pas recevoir des commentaires complotistes ! C’est une surprise assez intéressante.
      Evidemment, votre développement ne constitue pas une argumentation, mais seulement une succession d’affirmations gratuites. Il n’est pas possible de le démontrer ici (trop long) et ce serait sans doute inutile car vous ne seriez pas convaincue. Vous croyez, vous ne raisonnez pas. Deux remarques quand même.
      1) Comme vous le savez, l’efficacité de plusieurs vaccins contre la covid-19 a été démontrée. Plus de 99% des médecins admettent cette efficacité. Comme dans toutes les professions, vous trouverez facilement quelques marginaux en désaccord avec leurs confrères, comme il est possible de trouver des médecins vendant de faux certificats de vaccination. Mais réfléchissez : si la quasi-unanimité du corps médical préconise la vaccination, c’est bien parce qu’en l’état actuel de la science, il s’agit de la meilleure solution pour l’humanité confrontée à une pandémie. Se mettre du côté de quelques marginaux appartenant ou non au corps médical, c’est remettre en cause deux siècles de progrès ayant totalement modifié l’état de santé des populations. Comme vous rédigez bien, j’espère que votre culture historique est à l’aune de votre capacité rédactionnelle. Je vous conseille donc de vous documenter sur les conséquences des maladies infectieuses jusqu’au 18e siècle. C’était épouvantable. La vaccination de masse est un des progrès majeurs de l’histoire de l’humanité.
      2) Passons au capitalisme et au « diktat sanitaire de Big Pharma ». Le capitalisme est le système productif le plus efficace qui ait jamais existé. A deux égards. D’une part, il innove en faisant de la recherche-développement. D’autre part, il met en œuvre ses innovations pour les vendre. Le capitalisme ne cherche pas à faire le bien ni à faire le mal. Il peut faire le bien s’il y trouve son profit, mais il peut faire le mal pour la même raison. Certains prétendent que c’est un système amoral. Ils ne sont pas loin de la vérité.
      Pour la vaccination, nul doute qu’il fasse le bien mais évidemment parce que cela est profitable. D’ailleurs une évidence existe : une entreprise privée doit faire un bénéfice, sinon elle disparaît. Si ses produits (le chiffre d’affaires) ne sont pas supérieurs à toutes ses charges (salaires matières premières, etc.) elle va vers la faillite. Cruelle réalité humaine : pour produire, il faut accepter le réalisme économique et financier. Le rêve de l’innovation ne suffit pas.
      En considérant qu’il existe un vaste complot entre le capitalisme et les États-nations, dont vous seriez la victime, vous faites trop d’honneur aussi bien au capitalisme qu’aux États-nations. Ce sont des constructions humaines défendant des intérêts collectifs qui parfois se rejoignent et parfois s’opposent. On peut penser qu’il a parfois existé une sorte de gentlemen ’agreement entre les dirigeants des États et ceux du capitalisme, mais jamais rien de vraiment formalisé. Et surtout, jamais aucun complot visant à dominer le monde. Ne confondez pas le roman de science-fiction et la cruelle réalité de notre petite planète. Là encore, j’en appelle à votre culture économique et politique que je vous invite à compléter.
      Ne vous laissez pas séduire par des croyances simplistes. Réfléchissez, lisez, mais surtout pas ce qui s’échange sur les réseaux sociaux. C’est la voie royale pour vous égarer dans un monde complexe qui n’est pas réductible à une lutte entre le bien et le mal. Je souhaite que les années prochaines vous apporte une clairvoyance intellectuelle dont vous ne disposez pas aujourd’hui mais que vous êtes, sans l’ombre d’un doute, capable d’acquérir.
  • Alexander Zablowsky
    • 3. Alexander Zablowsky Le 18/07/2021
    Bonjour,

    Au risque de décevoir à Mme Delcol ou de lui déplaire, je considère que vos commentaires "politiques" sont tout à fait à leur place ici.

    Votre commentaire d'aujourd'hui (avec lequel je suis en accord alors que ce n'est pas toujours le cas) me semble d'ailleurs plus philosophique que strictement politique...

    En tout état de cause, ces commentaires nous éclairent "aussi" sur vos choix et vos analyses dans d'autres domaines, tant il est vrai que nos diverses conceptions (politiques, philosophiques, artistiques...) ne sont évidemment pas dissociables dans la construction de notre vision du monde.

    En vous souhaitant de continuer à nous intéresser avec vos analyses et commentaires,

    Alex Zablowsky
  • Marie-France Delcol
    • 4. Marie-France Delcol Le 17/07/2021
    Cher Monsieur,
    Vos articles d'analyses en histoire de l'art sont très pertinents et nous pouvons vous en remercier. Mais pourriez vous éviter d'y adjoindre vos opinions politiques. Chacun étant libre de ses opinions. Ou alors il vous faudrait peut-être scinder les deux. Créer 2 sites différents. Bien cordialement.
    Marie-France Delcol