Le réalisme américain

 

 Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

ENVIRON 1908-1970

 Edward Hopper. Rooms by the sea (1951)Edward Hopper. Rooms by the sea (1951)

 

1. L'Ashcan School

Au début du 20e siècle, des peintres américains vont chercher à s'opposer aux innovations en provenance d'Europe et en particulier à l'impressionnisme qui avait conquis les Etats-Unis avec des peintres comme Theodore Robinson (1852-1896), Mary Cassatt (1844-1926), William Merritt Chase (1849-1916). Mais ils ne souhaitent pas pour autant rejoindre l'académisme encore très vivace. En 1908, un groupe de huit artistes, prenant le nom d'Ashcan School (ou Ash Can), se forme autour de Robert Henri (1865-1929). Ce courant va ensuite se scinder en différentes sous-tendances comme le précisionnisme ou le régionalisme.
Les peintres de l'Ashcan School veulent représenter la vie moderne, et en particulier urbaine, de façon très réaliste. Robert Henri affirmait qu'il souhaitait faire dans le domaine de la peinture un travail de journaliste. L'influence de la photographie est évidemment importante pour expliquer l'émergence de cette peinture réaliste qui ne cherche pas à montrer du réel ce qui est beau mais ce qui existe dans la société de l'époque. Voici quelques exemples.

Robert Henri. Cumulus Clouds, East River (1901)

Robert Henri. Cumulus Clouds, East River (1901)

Huile sur toile, Smithsonian American Art Museum, Washington.

George Bellows. Cliff Dwellers (1913)

George Bellows. Cliff Dwellers (1913)

Habitants des falaises ou des à-pics

Huile sur toile, 102 × 106 cm, Los Angeles County Museum.

Everett Shinn. Fifth Avenue (1910)

Everett Shinn. Fifth Avenue (1910)

Cinquième Avenue

Pastel sur papier, 31,4 × 38,7 cm, Brooklyn Museum.

 

2. Le précisionnisme

Ce mouvement apparaît vers 1915 et se développe dans les années 1920. Il se propose de représenter les architectures urbaines (bâtiments, ponts, usines, etc.) et s'inspire beaucoup du cubisme d'un point de vue stylistique. C'est un photographe, Charles Sheeler (1883-1965), qui adopte le terme précisionnisme pour qualifier son travail. Sa peinture s'inspire de ses photographies. Charles Demuth (1883-1935) est un autre représentant majeur de ce courant. Georgia O'Keeffe (1887-1986) fera évoluer le précisionnisme vers l'abstraction.

Charles Sheeler. Americana (1931)

Charles Sheeler. Americana (1931)

(Intérieur de la maison du peintre)

Huile sur toile, 121 × 91 cm, Edith et Milton Lowenthal Collection.

Charles Sheeler. Water (1945)

Charles Sheeler. Water (1945)

Huile sur toile, (61 × 74 cm), Arthur Hoppock Hearn Fund.

Charles Demuth. Incense of a New Church (1921)

Charles Demuth. Incense of a New Church (1921)

Huile sur toile, 66 × 51 cm, Columbus Museum of Art, Ohio

Georgia O’Keeffe. City Night (1926)

Georgia O’Keeffe. City Night (1926)

Huile sur toile, 121 × 76 cm, Minneaopis Institute of Art

 

3. Le régionalisme

Le régionalisme apparaît avec la crise économique de 1929 qui provoque un chômage massif aux Etats-Unis. Il correspond à une tendance politique de repli nationaliste et régionaliste idéalisant la vie rurale et ses valeurs. Il représente aussi une réaction contre les nouvelles tendances artistiques très éloignées du réalisme (surréalisme, abstraction). Les trois principaux artistes régionalistes sont Grant Wood (1891-1942), Thomas Hart Benton (1889-1975) et John Steuart Curry (1897-1946).

 Grant Wood. American Gothic (1930)

Grant Wood. American Gothic (1930)

Huile sur toile, 78 × 65 cm, Art Institute of Chicago

Thomas Hart Benton. Cotton Picking and Loading (1944)

Thomas Hart Benton. Cotton Picking and Loading (1944)

Huile sur métal, 23 x 51 cm, Spanierman Gallery, New York

John Steuart Curry. Ajax (1936-37)

John Steuart Curry. Ajax (1936-37)

Huile sur toile, 92 × 122 cm, Smithsonian American Art Museum, Washington

 

4. Edward Hopper (1882-1967)

Elève de Robert Henri, mais n'ayant jamais appartenu à l'Ashcan School, Edward Hopper est mondialement connu pour ses tableaux évoquant la solitude urbaine, la nostalgie, la mélancolie de l'homme des grandes cités de l'occident du 20e siècle. Son style très personnel se caractérise par des formes géométriques aux contours parfaitement délimités et des grands aplats de couleurs. Il traite admirablement les effets d'ombre et de lumière pour imprimer à ses compositions une dimension quasi-cinématographique. Au fil du temps, ses tableaux deviendront de plus en plus épurés, tout en conservant une intensité dramatique forte mais contenue. L'œuvre de ce grand artiste restera sans doute un témoignage majeur des incertitudes de la classe moyenne américaine au cours du 20e siècle. Hopper nous suggère que la sortie de l'ancestrale pénurie économique et l'avènement de la consommation de masse ne conduisent pas nécessairement au bonheur. Solitude, angoisse, questionnements multiples redoublent d'intensité lorsqu'il ne s'agit plus de chercher des moyens de vivre mais de trouver des raisons de vivre.

Edward Hopper. Pont du Carrousel in the Fog (1907)  Pont du Carrousel in the Fog (1907)
Pont du Carrousel dans la brume
Huile sur toile, 59 x 72 cm, Whitney Museum of American Art, New York
 Edward Hopper. Gloucester Harbour (1912) Gloucester Harbour (1912)
Port de Gloucester
Huile sur toile, Whitney Museum of American Art, New York
 Edward Hopper. The House by the Railroad (1925) The House by the Railroad (1925)
Maison au bord de la voie ferrée
Huile sur toile, 61 × 73 cm, Museum of Moderne Art, New York
 Edward Hopper. Light at Two Lights (1927) Light at Two Lights (1927)
Lumière à deux lumières
Aquarelle et graphite sur papier, 35 × 51 cm), Whitney Museum of American Art, New York
 Edward Hopper, Prospect Street, Gloucester (1928) Prospect Street, Gloucester (1928)
Aquarelle sur papier, 35 × 50 cm, Collection privée
 Edward Hopper Early Sunday Morning (1930) Early Sunday Morning (1930)
Tôt un dimanche matin
Huile sur toile, 89 × 152 cm, Whitney Museum of American Art, New York
 Edward Hopper. Nighthawks (1942) Nighthawks (1942)
Les oiseaux de nuit
Huile sur toile, 84 × 152 cm, Art Institute of Chicago
 Edward Hopper. Rooms for tourists (1945) Rooms for tourists (1945)
Chambres pour touristes
Huile sur toile, 76 × 101 cm, Yale University Art Gallery, New Haven, Connecticut
 Edward Hopper. Rooms by the sea (1951) Rooms by the sea (1951)
Chambres au bord de la mer
Huile sur toile 74 × 101 cm, Yale University Art gallery, New Haven, Connecticut
 Edward Hopper. A Woman in the Sun (1961) A Woman in the Sun (1961)
Femme au soleil
Huile sur toile, 102 × 155 cm, Whitney Museum of American Art, New York
 Edward Hopper. Sun in an empty room (1963) Sun in an empty room (1963)
Soleil dans une pièce vide
Huile sur toile, 73 × 100 cm, collection privée

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

Robert Henri  George Bellows  Everett Shinn  Maurice Prendergast 
Charles Sheeler   Charles Demuth   Georgia O’Keeffe   Grant Wood  
Thomas Hart Benton   John Steuart Curry   Edward Hopper   

Commentaires (2)

Françoise DE WEER
  • 1. Françoise DE WEER | 30/09/2016
Je ne connaissais pas Andrew Wyeth mais cela ressemble fameusement à Hopper! Alors, qui a copié l'autre ?
sevilla
  • 2. sevilla | 14/11/2016
Andrew Wyeth (1917-2009) est un artiste majeur, postérieur à Hopper (1882-1967) d'une grosse génération.

Il connaissait évidemment les travaux de Hopper mais y voir de la copie dans son travail, c'est passer à côté.

Ajouter un commentaire