Le réalisme

 

ENVIRON 1830-1880

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

________________________________________________________

 

Après la révolution de 1848 en France, la situation économique des milieux défavorisés se dégrade tant dans les campagnes que dans les villes. La peinture réaliste se propose alors de représenter cette réalité sociale : le travail des champs, la vie des ateliers industriels fourniront un certain nombre de thèmes. Le nu, prisonnier de l'allégorie, s'orienta également vers le réalisme. Il s’agit d’une rupture avec l’académisme qui se cantonne dans la représentation idéalisée de scènes conventionnelles. Le réalisme se caractérise par des tableaux de grandes dimensions et un style naturaliste s’inspirant de la photographie qui fait alors ses premiers pas.

1. Gustave Courbet (1819-1877) est en général considéré comme le chef de file de ce mouvement.

Son tableau de 1854-55, intitulé L’Atelier de peintre, allégorie réelle déterminant une phase de sept années de ma vie artistique (ci-après) a des dimensions imposantes (361 x 598 cm). Ces dimensions et la représentation  à la fois réaliste et allégorique de l’atelier ont pour objectif de tourner en dérision les préceptes de l’académisme. Au centre de la composition se trouve Courbet lui-même peignant. Il est entouré d’un modèle dénudé, d’un enfant et d’un chat. La partie gauche évoque la réalité sociale : on y trouve des représentants de toutes les catégories, riches ou pauvres. A droite figurent les amis de Courbet, en particulier Proudhon et Baudelaire. Le tableau fut refusé par le jury du salon de 1855 alors que plusieurs autres tableaux de Courbet étaient acceptés. Ce tableau marque une rupture dans le style de Courbet qui était jusqu’alors romantique. Il s’orientera vers des paysages et des natures mortes réalistes et vers des compositions érotiques.

 

Courbet. l'Atelier du peintre (1854-55)L'Atelier du Peintre (1854-55)

Huile sur toile, 359 × 598 cm, Musée d'Orsay, Paris

 

 

Courbet. Le Sommeil (1866)Le Sommeil (1866) fut commandé par un collectionneur turc (Khalil Bey).

N’étant pas destiné à être exposé en public, Courbet put laisser libre cours à son inspiration.

Huile sur toile, 135 × 200 cm, Musée du Petit Palais, Paris

 

 

Courbet. l'Origine du Monde (1866)Une autre composition érotique, L’Origine du monde (1866)

dut attendre la fin du 20e siècle pour être exposée en public

Huile sur toile, 46 × 55 cm, Musée d'Orsay, Paris

 

 

2. Edouard Manet (1832-1883) est également un  artiste qui cherche à dépasser l’académisme et se heurte évidemment aux conventions esthétiques et éthiques de l’époque. Manet représente la transition entre le réalisme et l’impressionnisme.

 

Edouard Manet. Olympia (1863)

Son Olympia (1863) paraît aujourd’hui bien anodine sur le plan moral.

Le tableau provoqua pourtant un énorme scandale car il représentait une courtisane sur le mode réaliste.

L’œuvre s’inspire de la Vénus d’Urbino (1538) de Titien (ci-après), mais toute allégorie est absente :

il s’agit de mettre l’accent sur la nudité réelle.

L’académisme exigeait un prétexte pour la représentation de la nudité féminine.

Huile sur toile, 131 × 190 cm, Musée d'Orsay, Paris

 

 

Titien. Vénus d'Urbino (1538)Vénus d’Urbino (1538). Chez Titien, il s’agit d’une déesse et non d’une prostituée,

ce qui rend la nudité compatible avec les conventions morales et … l’hypocrisie de l’époque.

Huile sur toile, 119 × 165 cm, Galerie des Offices, Florence

 

 

3. Le monde de la ville fut un des thèmes importants du réalisme.

En France, Honoré Daumier (1808-1879) est resté célèbre pour ses caricatures. Mais il a également peint de nombreux tableaux.

 

Daumier. La Blanchisseuse (1863)La Blanchisseuse (1863) évoque ainsi une scène quotidienne

de la vie parisienne de l’époque.

Huile sur bois, 49 × 33,5 cm, Musée d'Orsay, Paris

 

En Allemagne, Adolph Menzel (1815-1905) s’intéressa à la vie de l’atelier industriel.

 

Menzel. Le Laminoir (1875)Le laminoir (1875) propose une vision presque infernale

du travail du métal dans les laminoirs du 19e siècle.

Huile sur toile, 158 × 254 cm, Nationalgalerie, Berlin

 

 

4. Les paysages campagnards et les travaux des champs suscitèrent également l'intérêt des peintres réalistes. Un groupe d’artistes s’installa près de Fontainebleau dans le village de Barbizon à partir de 1825. Parmi eux figurent en particulier Jean-François Millet (1814-1875), Jean-Baptiste Corot (1796-1875), Théodore Rousseau (1812-1867). Ils s’inspirèrent des paysages environnants pour produire des toiles réalistes en pleine période romantique. Ce courant est resté célèbre sous le nom d’école de Barbizon (≈1825-1875).

Les tableaux de Jean-François Millet (1814-1875) représentant la vie rurale dans un style naturaliste devinrent célèbres, mais firent scandale car le peintre utilisait des toiles de grandes dimensions que l’académisme réservait aux peintures historiques ou religieuses. 

 

Millet. Les Glaneuses (1857)Les Glaneuses (1857) représente trois paysannes ramassant les restes d’une récolte.

Huile sur toile, 85,5 × 111 cm, Musée du Louvre, Paris

ÉTUDE DÉTAILLÉE

 

 

 

Millet. L'Angélus (1857-59)

L’Angélus (1857-59) est également resté célèbre :

il s’agit du moment de la prière dans les champs.

A cette époque, trois fois par jour, sonnait l’angélus, c'est-à-dire la cloche de l’église.

Les paysans arrêtaient brièvement le travail pour un instant de recueillement.

Il s’agit ici de l’angélus de soir (vers 18h) : la lumière atténuée du soleil couchant provient de la gauche du tableau.

Huile sur toile, 56 × 66 cm, Musée d'Orsay, Paris

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

Ajouter un commentaire