Claude Monet

 

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

 

Portraits et autoportraits

 

Gilbert de Séverac. Claude Monet (1865)

Gilbert de Séverac. Claude Monet (1865). Huile sur toile, 32 × 40 cm, musée Marmottan Monet, Paris.

Etienne Carjat. Photographie de Claude Monet à 25 ans (1865)

Etienne Carjat. Photographie de Claude Monet à 25 ans (1865).

A. Greiner. Photographie de Claude Monet en 1871

A. Greiner. Photographie de Claude Monet en 1871.

Auguste Renoir. Claude Monet, le liseur (1872)

Auguste Renoir. Claude Monet, le liseur (1872). Huile sur toile, 65 × 50 cm, National Gallery of Art, Washington.

Auguste Renoir. Claude Monet (1875)

Auguste Renoir. Claude Monet (1875). Huile sur toile, 85 × 60 cm, musée d’Orsay, Paris.

Claude Monet. Autoportrait (1886)

Claude Monet. Autoportrait (1886). Huile sur toile, 46 × 56 cm, collection particulière.

Adolf de Meyer. Photographie de Claude Monet âgé

Adolf de Meyer. Photographie de Claude Monet âgé.

Les Monet et les Hoschedé (1886)

Les Monet et les Hoschedé (1886).

 

Biographie

 

1840-1926

 

Naissance à Paris et jeunesse havraise (1840-1859)

La famille Monet vit à Paris de père en fils depuis au moins la fin du 18e siècle. Le 14 novembre 1840 naît au 45 rue Laffitte, sur la Butte Montmartre, Oscar-Claude. Il deviendra l’un des grands maîtres de l’impressionnisme. L’enfant est appelé Oscar dans sa famille et signera d’ailleurs ses premiers travaux Oscar Monet. Son père, Adolphe, exerce des activités commerciales dont on connaît peu de choses et sa mère Louise-Justine est femme au foyer. En 1845, Adolphe Monet accepte l’offre de sa demi-sœur, Marie-Jeanne Lecadre, d’occuper une fonction dans l’entreprise de son mari, Jacques Lecadre, grossiste en épicerie. Toute la famille, y compris les grands-parents, va s’installer au Havre où est implantée l’entreprise Lecadre. Le petit Oscar-Claude est scolarisé dans une pension privée, puis, en 1851, entre au collège communal du Havre. L’enseignement se limite à quatre heures par jour, que le futur artiste supporte difficilement. Il écrira plus tard : « Le collège m’a toujours fait l’effet d’une prison et je n’ai jamais pu me résoudre à y vivre, même quatre heures par jour. » (*)

Le professeur de dessin du collège est Jacques-François Ochard (1810-1870), qui fut élève de David. Monet se révèle rapidement très doué pour le dessin et s’essaie à des caricatures et des esquisses de bateaux et de paysages. A la mort de sa mère en 1857, Claude Monnet est pris en charge par sa tante, veuve sans enfants. Marie-Jeanne Lecadre est une artiste amateur qui possède un atelier et connaît des peintres locaux. Elle encourage son neveu à travailler le dessin avec Ochard et lui fait suivre des cours particuliers avec des artistes du Havre.

 

Claude Monet. Auguste Vacquerie (v. 1859)

Claude Monet. Auguste Vacquerie (v. 1859)

Crayon sur papier, 28,3 × 17,5 cm, Art Institute of Chicago

Auguste Vacquerie (1819-1895) est un poète et dramaturge dont le père est armateur au Havre.

 

C’est aussi en 1857 que Claude Monet semble avoir abandonné ses études au collège du Havre. Les caricatures des personnages de son entourage qu’il réalisait et offrait à ses camarades ont fait sa célébrité. On le sollicite désormais et il en demande 20 francs par dessin. Les caricatures sont exposées dans la vitrine du papetier Gravier, rue de Paris. C’est dans cette boutique qu’il rencontre un jour Eugène Boudin (1824-1898), peintre de marines, qui l’incite à peindre des paysages. Boudin emmène Monet le regarder peindre sur le motif dans les environs du Havre, et c’est alors que le jeune homme comprend la peinture. « Je le regarde plus attentivement, et puis, ce fut tout à coup comme un voile qui se déchire : j’avais compris, j’avais saisi ce que pouvait être la peinture. » (*)

En 1858, Monet expose pour la première fois. Il propose une Vue prise à Rouelles signée O. Monet à l’exposition municipale du Havre à laquelle participe également Eugène Boudin. La parenté entre les deux artistes frappe les visiteurs. « Si je suis devenu un peintre, c’est à Eugène Boudin que je le dois » (*) dira plus tard Claude Monet.

 

Eugène Boudin. La plage à Deauville (1864)

Eugène Boudin. La plage à Deauville (1864)

Huile sur toile, 50,5 × 74,5 cm, musée des Beaux-arts de Caen

 

La formation (1859-1864)

Sur les conseils de Boudin, Monet se rend à Paris en avril 1859. Dès son arrivée, il visite le Salon officiel de peinture et de sculpture qui présente les œuvres agréées par l’Académie. Le paysagiste Charles-François Daubigny (1817-1878) lui fait forte impression. Il prend ensuite contact avec des artistes de second ordre sur recommandation de Boudin ou Ochard. Il lui est conseillé d’entrer dans l’atelier de Thomas Couture (1815-1879), peintre d’histoire et l’un des principaux professeurs de l’époque. Mais Monet s’étant présenté à Couture avec deux natures mortes, l’entretien se passe mal et le jeune peintre renonce à l’enseignement du maître de l’académisme, d’ailleurs très coûteux. Claude Monet s’inscrit alors à l’Académie Suisse, du nom de son créateur Charles Suisse, peintre genevois qui fut élève de David. Cette école de peinture peu coûteuse se limitait à fournir un modèle à l’élève en le laissant totalement libre dans son travail. Monet apprécie ce climat libéral et fait la rencontre d’un autre élève : Camille Pissarro (1830-1903). Il passe également une partie de son temps à la Brasserie des Martyrs fréquentée par des artistes et des écrivains, mais aussi par des prostituées. Monet écrira plus tard : « J’allais à la fameuse Brasserie de la rue des Martyrs, qui me fit perdre beaucoup de temps et me fit le plus grand mal. » (*) Au Salon de 1860, il apprécie particulièrement Eugène Delacroix (1798-1863).

Début 1861, Monet doit revenir au Havre en vue de son incorporation dans l’armée. Le service militaire comportait un tirage au sort : Claude Monet tire un « mauvais numéro » et doit donc effectuer un service de sept ans. Il refuse la proposition familiale de payer les 2 500 francs lui permettant d’être dispensé de service, selon la réglementation de l’époque. Son père exigeait en effet, en contrepartie, qu’il travaille dans l’entreprise familiale. Claude devance l’appel, s’engage pour sept ans et est affecté au 1er régiment de chasseurs d’Afrique stationné à proximité d’Alger. Il y arrive le 10 juin 1861, mais un an plus tard il contracte la fièvre typhoïde et bénéficie de six mois de convalescence en métropole. A l’été 1862, il est au Havre.

Monet n’a jamais cessé de peindre, car durant l’année passée en Algérie, ses talents étaient appréciés des gradés et il travaillait parfois pour eux. Au Havre, il part fréquemment vers Sainte-Adresse pour peindre sur le motif les champs et les falaises. C’est au cours d’une de ces escapades qu’il rencontre Johan Barthold Jongkind (1819-1891), peintre néerlandais, considéré aujourd’hui comme un précurseur de l’impressionnisme.

 

Johan Barthold Jongkind. La Ciotat (1880)

Johan Barthold Jongkind. La Ciotat (1880)

Huile sur toile, 32,4 × 55,7 cm, Museum Boijmans Van Beuningen, Rotterdam.

 

La rencontre de Jongkind est fondamentale pour l’évolution ultérieure de Monet : « Il fut à partir de ce moment mon vrai maître, et c’est à lui que je dus l’éducation définitive de mon œil. » (*) La tante Lecadre appréciait beaucoup le talent de Jongkind, très original pour l’époque, et le peintre fut invité à déjeuner. Marie-Jeanne Lecadre va encore montrer sa clairvoyance à propos de l’avenir de son neveu. Pour lui éviter de perdre six années en Algérie, elle paye 3 000 francs, prix de la résiliation de son engagement militaire. Mais la tante et le père de Claude jugent nécessaire de le faire travailler et surtout de l’encadrer. Il se trouve qu’Auguste Toulmouche (1829-1890), peintre installé à Paris, a épousé en 1861, Marie, une cousine des Lecadre. Il sera le tuteur artistique de Monet et lui remettra chaque mois la pension que son père lui verse. Toulmouche est un élève de Charles Gleyre (1806-1974), peintre suisse et professeur à l’École des Beaux-arts de Paris. Monet entre dans l’atelier de Gleyre sur recommandation de Toulmouche. Il y rencontre Pierre-Auguste Renoir (1841-1919), Alfred Sisley (1939-1899) et Frédéric Bazille (1841-1870) avec lequel il se lie d’amitié. Mais Charles Gleyre tombe malade et doit fermer son atelier en juillet 1864. En mai 1864, Monet et Bazille séjournent à Honfleur sur la côte normande avec le projet de peindre sur le motif la côte et la campagne. Après le départ de Bazille pour Paris, Monet reste quelque temps à Honfleur puis séjourne à Sainte-Adresse. Pendant ce séjour normand, il peint de nombreux tableaux de paysages qui dénotent l’influence de Jongkind et une évolution sensible vers l’impressionnisme. Il regagne Paris en novembre 1864.

 

La naissance de l’impressionnisme (1864-1870)

A partir de ce moment, l’œuvre de Monet prend résolument la direction de l’impressionnisme. Cette évolution est chaotique et comporte évidemment des hésitations, des concessions à l’académisme pour figurer au salon, mais le peintre est bien engagé dans une recherche fondamentale qui en fera l’un des plus grands artistes de l’histoire de l’art occidental. Au Salon de 1865, il présente deux vues de l’Estuaire de la Seine, l’une prise de Honfleur, l’autre de Sainte-Adresse. Elles reçoivent un accueil favorable du public. Fin 1865, il entame un tableau, Le Déjeuner sur l’herbe, qui par sa taille (4,65 × 6 mètres) montre à quel point la peinture historique et ses immenses panneaux marquaient encore les esprits. Le tableau est pourtant d’orientation impressionniste. Monet ne le terminera jamais, mais plusieurs études de cette vaste composition ont été conservées dans différents musées. L’étude du musée Pouchkine donne un aperçu d’ensemble :

 

Claude Monet. Le déjeuner sur l’herbe, étude (1865)

Claude Monet. Le déjeuner sur l’herbe, étude (1865)

Huile sur toile, 130 × 181 cm, musée Pouchkine, Moscou.

 

Claude Monet partage désormais son temps entre Paris et la Normandie. Fin 1865, il rencontre Camille Doncieux, un modèle qui deviendra sa première épouse en juin 1870. Pour le salon de 1866, il exécute rapidement un portrait de Camille, La Femme à la robe verte, qui rencontre le succès. Émile Zola écrit dans le journal L’évènement : « J’avoue que la toile qui m’a le plus longtemps arrêté est la Camille de M. Monet… Eh oui ! voilà un tempérament, voilà un homme dans la foule des eunuques. » (*) Mais cela n’empêchera pas le jury de Salon de 1867 de refuser les deux toiles présentées par Monet. Le peintre se trouve alors en difficulté financière car personne ne lui offre un bon prix pour Femmes au jardin, refusé au salon. Frédéric Bazille, dont la famille est fortunée, achète alors le tableau pour 2 500 francs. Il s’agit d’une somme très importante qui sera payée à Monet par mensualités de 50 francs (**).

Camille est enceinte et la naissance est attendue pour août 1867. La bourgeoisie avait, au 19e siècle et au début du 20e siècle, une conception très étriquée des relations hommes-femmes. Les prescriptions religieuses jouaient un rôle essentiel. Il était inenvisageable pour la famille havraise de Claude Monet de recevoir Camille Doncieux avec laquelle Claude n’était pas marié, mais encore plus inenvisageable de l’accueillir pour mettre au monde un enfant. Le couple formé par Claude et Camille, confronté à Paris à des problèmes financiers, va donc se séparer provisoirement : Claude ira vivre dans sa famille au Havre alors que Camille restera à Paris sous la surveillance d’Ernest Cabadé, un étudiant en médecine. Après la naissance de son fils Jean, Claude Monet reste résider dans sa famille où il dispose du gîte et du couvert. Il se rend cependant plusieurs fois à Paris et réalise des tableaux de son fils dans son berceau.

Au Salon de 1868, Monet présente Les navires sortant des jetées du Havre, toile aujourd’hui disparue. Au printemps 1868, il s’installe avec Camille et son fils à l’auberge de Gloton, porche du hameau de Bennecourt, sur les bords de la Seine. L’endroit n’est pas très éloigné de Giverny où Monet passera toute la fin de sa vie. Mais les difficultés financières l’obligent à quitter l’auberge. Ayant placé Camille et Jean chez des villageois, il part pour le Havre fin juin 1868. Il réalise plusieurs tableaux dont le Portrait de Madame Gaudibert, chef-d’œuvre de sensibilité, qui ne sera pas apprécié de plusieurs membres de la famille mais loué par le commanditaire, Louis-Joachim Gaudibert, mari du modèle.

 

Claude Monet. Portrait de Madame Gaudibert (1868)

Claude Monet. Portrait de Madame Gaudibert (1868)

Huile sur toile, 217 × 139 cm, musée d’Orsay, Paris.

 

En 1869 et 1870, les tableaux de Monet sont refusés par le jury du Salon. Il vit à divers endroits sur les bords de la Seine dans un grand dénuement et reçoit l’aide de Bazille et de Renoir. C’est avec ce dernier qu’il travaille sur l’île de Croissy pour peindre le café flottant de la Grenouillère. Ses compositions s’éclaircissent et, comme Renoir, il cherche surtout à saisir les reflets de la lumière sur les vaguelettes de la Seine en juxtaposant de petites touches de couleurs restant apparentes. L’impressionnisme est né.

 

Claude Monet. La Grenouillère (1869)

Claude Monet. La Grenouillère (1869)

Huile sur toile, 74,6 × 99,7 cm, Metropolitan Museum of Art, New York.

 

L’Angleterre et les Pays-Bas (1870-1871)

Le 28 juin 1870, Claude Monnet épouse Camille Doncieux à la mairie du 8e arrondissement de Paris. Le mariage est approuvé par la famille Doncieux, qui est assez modeste, mais condamné par les Monet et les Lecadre du Havre. Marie-Jeanne Lecadre, qui a toujours senti le grand artiste chez son neveu, est très malade et meurt le 7 juillet 1870. Le 19 juillet, la France entre en guerre contre la Prusse. Monet, Camille et le petit Jean s’installent dans un petit hôtel à Trouville, sur la côte normande, localité balnéaire qui fera l’objet de plusieurs tableaux. En novembre 1870, Frédéric Bazille, qui s’était engagé, trouve la mort à Beaune-la-Rolande. Monnet n’envisage absolument pas de servir à nouveau dans l’armée et part pour Londres. Il fait rapidement une rencontre décisive pour la suite de sa carrière : Paul Durand-Ruel (1831-1922), marchand d’art et organisateur d’expositions, lui propose d’abord d’exposer ses œuvres à Londres puis de les lui acheter. Avec Pissarro, également réfugié à Londres, Monet visite les musées et découvre les grands paysagistes anglais : John Constable (1776-1837) et Joseph Mallord William Turner (1775-1851). Evidemment, les tableaux de Turner, sans doute le plus grand pré-impressionniste, trouve un écho très fort chez Monet.

Le père de Monet meurt en janvier 1871, laissant une succession qui améliorera la situation financière du peintre. Le 28 janvier 1871, l’armistice avec la Prusse est signé, mais en mars un soulèvement populaire appelé Commune de Paris éclate dans la capitale.

Au lieu de rentrer en France, Monet part aux Pays-Bas, à Zaandam, fin mai 1871. Sans doute le choix de cette petite ville de 12 000 habitants résulte-t-il de conversations avec Jongkind ou de conseils de Pissarro qui connaît l’endroit. Monet s’installe à l’hôtel des Beurs avec Camille et Jean, qui l’avaient accompagné à Londres. Canaux, moulins à vent et bateaux s’offrent au peintre qui indique être « dans le feu du travail. » (*)

 

La vie de famille à Argenteuil et les premières expositions impressionnistes (1871-1878)

A l’automne 1871, la famille revient à Paris et s’installe provisoirement à l’hôtel du Havre et de New York, proche de la gare Saint-Lazare. En décembre, Monet trouve, par l’intermédiaire de la famille de Manet, une maison à louer à Argenteuil, localité de 8 000 habitants située sur la rive droite de la Seine. L’héritage paternel, la dot de sa femme et les achats de Durand-Ruel ont considérablement amélioré la situation financière de l’artiste. Une période faste s’ouvre « qui va marquer l’âge d’or de la peinture impressionniste. » (*) Le séjour à Argenteuil durera jusqu’à 1878 et sera très productif.

L’année 1874 représente une date historique pour l’impressionnisme. Monet, Renoir, Pissarro, Sisley, Degas et Berthe Morisot fondent la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs qui a pour objectif de permettre aux impressionnistes d'exposer librement sans passer par le salon officiel organisé par l'Académie des Beaux-arts. Ces artistes voyaient en effet leurs tableaux systématiquement refusés par le jury officiel. La première exposition impressionniste ouvre ses portes le 15 avril 1874 dans les ateliers parisiens du photographe Nadar. 165 toiles sont exposées dont 8 de Claude Monet. L’une d’elle marquera l’histoire :

 

Claude Monet. Impression soleil levant (1872)

Claude Monet. Impression soleil levant (1872)

Huile sur toile, 48 × 63 cm, musée Marmottan Monet, Paris.

 

Le destin exceptionnel du tableau, qui figure dans toutes les histoires de l’art, ne provient pas de son succès mais de la critique dépréciative dont il fut l’objet. Louis Leroy (1812-1885), critique au journal satirique Charivari, avait intitulé son article L’exposition des impressionnistes, ce dernier terme étant pour lui un néologisme ironique. A propos du tableau de Monet, il écrivait : « Impression, j’en étais sûr. Je me disais bien aussi, puisque le suis impressionné, il doit y avoir de l’impression là-dedans. ». Le nouveau courant artistique avait désormais un nom. Il y eut encore sept expositions impressionnistes, la dernière en 1886. Monet participa à quatre d’entre elles avec un succès commercial très modéré. Ses tableaux se vendaient pour un prix plutôt modeste.

La rencontre d’Ernest Hoschedé (1837-1891) aura des conséquences artistiques et familiales. Hoschedé est un riche commerçant en tissus et un mécène appréciant la peinture impressionniste. Il achète à Monet Impression soleil levant et lui demande en 1876 de peindre des panneaux de grandes dimensions pour son salon du château de Rottembourg, situé à Montgeron, près de Paris. Monet fréquente donc beaucoup le domicile des Hoschedé où vivent également Alice (1844-1911), la femme d’Ernest, et leurs enfants. Il utilise un pavillon du parc du château comme atelier. En 1875 ou 1876, une liaison commence entre Claude Monet et Alice Hoschedé. En 1877, Ernest Hoschedé fait faillite.

Mais Monet est un véritable suractif. Début 1877, il loue un pied-à-terre dans le quartier de la Gare Saint-Lazare afin de peindre l’intérieur de celle-ci. Le peintre étant à nouveau dans une phase délicate sur le plan financier du fait des difficultés d’Hoschedé, la location est enregistrée au nom du peintre Gustave Caillebotte (1848-1894) qui dispose d’une fortune familiale importante. C’est Caillebotte qui règle le loyer chaque trimestre. Ayant obtenu l’autorisation de travailler à l’intérieur de la gare, Monet peindra toute une série de toiles consacrées à Saint-Lazare.

 

Vétheuil et Poissy (1878-1883)

Durand-Ruel étant confronté à des difficultés et Hoschedé étant en faillite, Monet a perdu deux acheteurs importants. Sa situation financière se dégrade à nouveau et il se trouve dans l’incapacité de régler le loyer de la maison d’Argenteuil. Il explore la campagne à partir d’août 1878, en tenant le plus grand compte de l’aspect visuel. Dans une lettre du 1er septembre, il écrit de façon imagée : « J’ai planté ma tente au bord de la Seine à Vétheuil dans un endroit ravissant. » (*) Vétheuil est une petite commune de quelques centaines d’habitants située près de Mantes-la-Jolie, sur une boucle de la Seine. Claude Monet loue une petite maison pour un loyer très inférieur au précédent et fait venir non seulement sa famille mais également celle d’Ernest Hoschedé qui participera ainsi aux dépenses. Camille ayant mis au monde un autre enfant en mars 1878 (Michel Monet), ce sont au total douze personnes qui vivent dans la petite maison du bourg de Vétheuil, « sans compter les domestiques dont on ne parvient pas à se passer. » (*)

L’infatigable artiste réalise pendant cette période de nombreux tableaux de Vétheuil et des environs. Mais la santé de Camille s’était déjà altérée à Argenteuil. Une aggravation importante fait suite à son accouchement et elle meurt le 5 septembre 1879, après « une longue et terrible agonie » (*) selon les paroles d’Alice Hoschedé. La médecine de l’époque ne permettait pas un diagnostic précis mais on pense aujourd’hui qu’il s’agissait d’un cancer de l’utérus qui s’est généralisé. La mort de Camille atteint profondément Claude Monet qui semble ne plus peindre dans les mois suivants que des scènes d’intérieur, en particulier des natures mortes. Hoschedé est absent la plupart de temps et la présence d’Alice est essentielle. Bien évidemment, dans le village de Vétheuil, cette cohabitation en l’absence du mari fait scandale. Mais les rentrées d’argent étant insuffisantes, les dettes s’accumulent et les créanciers se font de plus en plus pressants. Neige et froid intense caractérisant l’hiver 1879-1880, Monet en profite pour peindre des paysages enneigés sous un ciel gris. Il affronte pour cela les températures sibériennes puisque la température moyenne de décembre 1879 en France a été de -7,9°. Il s’agit de l’hiver le plus froid depuis 1750.

Monet n’a pas exposé au Salon officiel depuis 1868 et n’a rien proposé depuis 1870, année du dernier refus du jury le concernant. Il tente à nouveau sa chance en 1880 car sa famille subit une quasi-misère. Le jury accepte un paysage des rives de la Seine du côté de Vétheuil, avec le petit hameau de Lavacourt dans les lointains.

 

Claude Monet. Lavacourt (1880)

Claude Monet. Lavacourt (1880)

Huile sur toile, 100 × 150 cm, Museum of Arts, Dallas.

 

Ce magnifique paysage à la Sisley montre que Monet s’est un peu retenu afin de transiger avec les exigences académiques. Mais les organisateurs font des choix d’accrochage très subjectifs et le tableau se retrouve à six mètres de hauteur. Étant donné sa taille, il devient alors difficile d’apprécier le travail réalisé. Le marquis  de Chennevières, ancien directeur des Beaux-arts, écrit cependant : « L’atmosphère lumineuse et claire [de Lavacourt] fait paraitre noirs tous les paysages voisins de la même galerie. » (*)

Ce n’est pas le Salon officiel mais le retour à meilleure fortune de Durand-Ruel qui va sauver financièrement Monet. Début 1881, le négociant achète pour 4 750 francs de tableaux à Monet. Celui-ci part alors pour Fécamp, estimant que ses marines retrouveront l’accueil qui leur fut jadis réservé. Effectivement, à son retour en avril 1881, Durand-Ruel lui achète 22 tableaux payés 300 francs pièce. A son retour à Vétheuil, Monet est épuisé et doit s’aliter.

La situation financière s’améliorant et son fils Jean devant poursuivre ses études secondaires, Claude Monet décide de se rapprocher de Paris. La famille s’installe à Poissy en décembre 1881 dans la villa Saint-Louis, beaucoup plus vaste que la maison de Vétheuil. Alice Hoschedé et ses enfants suivent Monet malgré les protestations d’Ernest Hoschedé qui a enfin ouvert les yeux sur la relation d’Alice et Claude. Ernest ne vivait d’ailleurs plus à Vétheuil mais était incapable de subvenir aux besoins des siens. Une telle situation, banale aujourd’hui, est considérée dans la bourgeoisie du 19e siècle comme totalement contraire aux préceptes les plus élémentaires de la morale. Monet est perçu comme un peintre scandaleux à un double titre : sa peinture novatrice et son mode de vie.

Début 1883, une exposition personnelle Monet est organisée par Durand-Ruel dans ses locaux du Boulevard de la Madeleine à Paris. Mais le succès n’est pas au rendez-vous : commentaires ironiques ou silence dominent dans la presse, malgré certaines prises de conscience de la critique (voir Partie Œuvre ci-dessous).

 

L’installation définitive à Giverny (1883-1926)

Giverny aujourd'hui. La maison de Claude Monnet Giverny aujourd'hui. La maison de Claude Monnet
Giverny aujourd'hui. Le jardin aquatique Giverny aujourd'hui. Le jardin aquatique
Giverny aujourd'hui. La passerelle Giverny aujourd'hui. La passerelle

 

La vie jusqu’alors chaotique de Claude Monet va se poursuivre dans le petit paradis de Giverny que chacun peut aujourd’hui visiter. Il a enfin trouvé le lieu correspondant à ses aspirations profondes et qu’il pourra aménager selon ses goûts. Giverny est une petite commune située près de Vernon, dans le département de l’Eure. Monet passait souvent à Vernon en train lorsqu’il se rendait au Havre dans sa jeunesse et il a pu contempler le paysage. En 1868, il avait séjourné quelques mois à Bennecourt avec Camille, localité proche de Giverny. En avril 1883, il loue à un gros propriétaire foncier, au lieu-dit Le Pressoir, un domaine de presque un hectare, comportant cour, jardin et une vaste maison. Les deux enfants Monet, Alice Hoschedé et ses six enfants viennent habiter Giverny.

De nombreux voyages parsèment la vie à Giverny. Le premier a lieu dès 1883 à Bordighera sur la côte méditerranéenne italienne, près de la frontière française. Monet y séjourne une première fois avec Renoir, puis y retourne plus longuement début 1884. Il ramène une moisson de tableaux très colorés que Durand-Ruel achètera pour la plupart. En novembre 1884, Durand-Ruel présente l’écrivain et critique d’art Octave Mirbeau (1848-1917) à Claude Monet. Mirbeau est réputé pour apprécier l’innovation artistique et combattre l’académisme. Il qualifie les salons annuels de l’Académie de « grandes foires aux médiocrités grouillantes et décorées. » Il admire les impressionnistes et écrit fin 1884, à propos de Monet, qu’il ne connaît pas de paysagiste « plus complet, plus vibrant et plus divers d’impression ». Il admire dans l’œuvre du peintre « une éloquence claire, forte, harmonique. » (*)

L’année 1886 est déterminante pour le renom international de Monet. Paul Durand-Ruel a en effet convaincu les responsables de l’American Art Association d’organiser une grande exposition impressionniste. Elle s’ouvre la 10 avril à l’American Art Gallery de Madison Square à New York. Une quarantaine de toiles de Monet sont exposées. L’accueil est satisfaisant mais pas triomphal puisque les américains découvre l’impressionnisme et que la peinture américaine de l’époque reste très académique. Monet ne comprend absolument pas l’importance des États-Unis pour son avenir, se plaint de sa « déveine » à Durand-Ruel et le menace de choisir un autre acheteur.

En septembre 1886, Monet s’installe seul à Belle-Île-en-Mer, en Bretagne où il peint de nombreuses toiles. Il y rencontre Gustave Geffroy (1855-1926) journaliste et critique d’art qui a défendu Monet dans ses articles et le fera rencontrer Georges Clémenceau (1841-1929), directeur du journal La Justice.

Début 1889, le peintre voyage dans la Creuse. La même année, il veut rendre hommage à son ancien ami Édouard Manet, mort en 1883. L’Olympia de Manet, qui avait fait scandale au Salon de 1865, a été rachetée par la veuve de l’artiste après sa mort. Un américain voulant acquérir le tableau, Claude Monet décide d’ouvrir une souscription de 20 000 francs afin de contrecarrer cette transaction et d’offrir le tableau au musée du Louvre, qui devra l’exposer. La somme est réunie, mais de multiples péripéties politico-artistiques vont se succéder car le ministre concerné et le directeur des Beaux-Arts reculent devant l’obligation d’exposer l’œuvre scandaleuse, condition du don. Enfin, en 1890, Monet obtient l’assurance que le tableau sera exposé au musée du Luxembourg d’abord, puis dans un délai de 10 ans au musée du Louvre. La donation est constituée. A l’automne 1890, Olympia est exposée au Luxembourg et seulement en 1907 au Louvre.

Le 17 novembre 1890, Monet signe l’acte d’achat de la maison de Giverny. Le prix est fixé à 22 000 F payable en quatre versements annuels. Un tel achat n’est possible que parce que le peintre dispose de l’appui financier de Paul Durand-Ruel.

A partir de 1890, l’œuvre de Monet s’oriente de plus en plus vers les séries. Il en avait déjà fait l’expérience en 1877 avec une série de douze toiles consacrées à la gare Saint-Lazare. Les séries de la fin de la vie du peintre représentent des meules de foin (25 à 30 tableaux de 1888 à 1891), des peupliers (23 tableaux en 1891), la cathédrale de Rouen (une trentaine de tableaux de 1892 à 1894), les nymphéas (environ 250 tableaux de 1903 à la fin de sa vie).

 

Claude Monet. Trois peupliers, été (1891)

Claude Monet. Trois peupliers, été (1891)

Huile sur toile, 92 × 73 cm,  National Museum of Western Art, Tokyo.

 

Si sa vie devient plus sédentaire, Monet continue cependant à voyager régulièrement. De janvier à avril 1895, il est en Norvège. De 1899 à 1901, il effectue plusieurs déplacements à Londres où il peint le Parlement et les ponts sur la Tamise avec des effets de brume. En 1904, il séjourne à Madrid et en 1908 à Venise où il entame 37 toiles qui seront terminées en atelier à Giverny et exposées en 1912 à la galerie Bernheim-Jeune à Paris.

L’idée de créer de grands panneaux représentant des nymphéas et de les exposer dans une vaste salle circulaire date d’avant 1914. Clémenceau, devenu l’ami de Monet, encourage le peintre. Monet devra construire un nouvel atelier, plus vaste, pour réaliser ce travail. Les panneaux font environ 4 mètres sur 2 et doivent être assemblés pour former un long panorama. Le plus vaste assemblage a une longueur de 17 mètres. Cette immense composition occupera Monet jusqu’à la fin de ses jours. En 1921, le choix du musée de l’Orangerie est arrêté pour l’implantation des panneaux de nymphéas. Monet en fait don à l’État. Mais c’est seulement début 1927, après la mort du peintre, que les panneaux sont installés.

 

Claude Monet. Nymphéas (1915)

Claude Monet. Nymphéas (1915)

Huile sur toile, 130 × 153 cm, musée Marmottan Monet, Paris.

 

Sur le plan familial, après la mort d’Ernest Hoschedé en 1891, Claude Monet épouse en juillet 1892 Alice Hoschedé. En 1897, le fils aîné de Claude, Jean Monet, épouse Blanche Hoschedé, l’une des filles d’Alice. Blanche (1865-1947) fut l’unique élève de Claude Monet et continua à peindre jusqu’à la fin de ses jours. Alice Hoschedé meurt en 1911 et Jean Monet en 1914. A La fin de sa vie, Claude Monet perd progressivement la vue. Une double cataracte avait été diagnostiquée en 1912. Dès cette date, il ne voit pratiquement plus rien de l’œil droit. Pendant dix ans, sa vision repose presque uniquement sur l’œil gauche. Mais en 1922, l’acuité visuelle de l’œil gauche diminue considérablement et lui interdit de peindre. Il accepte alors l’opération qu’il avait refusée auparavant. L’intervention a lieu en janvier 1923 à la clinique de Neuilly. Les suites post-opératoires sont très longues et Monet ne distingue plus certaines couleurs. Mais en 1925, il affirme que sa vision des couleurs est revenue (***)

Claude Monet meurt le 5 décembre 1826 à la suite d’ « une lésion et un engorgement à la base du poumon gauche », selon le diagnostic de son médecin, Jean Rebière. On peut penser aujourd’hui qu’il s’agissait d’un cancer du poumon car Monet était un grand fumeur.

Claude Monet est inhumé à Giverny. Son fils Michel (1878-1966) a hérité de l’ensemble de ses biens. Michel n’ayant pas eu de postérité, les tableaux de son père, dont il était propriétaire, ont été légués au Musée Marmottan, appelé désormais musée Marmottan Monet. Blanche Hoschedé, la veuve de Jean Monet, a été chargée par Michel Monet de préserver le domaine de Giverny. Après la mort d’Alice Hoschedé en 1911, elle était devenue la maîtresse de maison. Blanche continuera à vivre et à peindre à Giverny jusqu’à sa mort en 1947.

 

Œuvre

 

Historiquement, Claude Monet fait le lien entre l’académisme, qui conserve une place importante au milieu du 19e siècle, et l’art du 20e siècle. Le jeune homme doué pour le dessin qui vend ses caricatures va découvrir au fil des rencontres l’art de peindre. Les influences d’Eugène Boudin (1824-1898) et de Johan Barthold Jongkind (1819-1891), ses premiers maîtres, l’orientent déjà vers une remise en cause de l’esthétique de la représentation. Il va donc se battre contre les préjugés et aussi contre la misère pour construire son œuvre. Il devient ainsi l’un des leaders de la nouvelle esthétique de la perception, comme il l’écrit lui-même : « Le motif est quelque chose de secondaire, ce que je veux reproduire, c’est ce qu’il y a entre le motif et moi ». Marcel Proust créera un personnage de peintre, Elstir, qui se situe dans cette recherche. Dans A la recherche du temps perdu, à propos d’Elstir, le narrateur s’exprime ainsi : « Ses peintures étaient des sortes de métaphores … mais de ces métaphores qui expriment l’essence de l’impression qu’une chose produit, essence qui reste impénétrable pour nous tant que le génie ne nous l’a pas dévoilée. » (****)

D’abord incompris, moqué, tourné en dérision, l’impressionnisme est progressivement accepté par la critique à partir des années 1880. Les plus lucides prennent alors conscience que Monet est un artiste hors du commun. Ainsi, dans le numéro d’avril 1883 de la Gazette des Beaux-Arts, plutôt conservatrice, le critique d’art Alfred de Lostelot (1837-1909) écrit : « La vision de M. Monet est exceptionnelle ; il voit autrement que la majorité des humains, et, comme il est sincère, il s’efforce à reproduire ce qu’il voit… Je ressens vivement l’impression poétique qui se dégage de ses œuvres ; j’admire l’audace et la sobriété de sa facture, et je suis étonné des résultats plastiques qu’il en obtient… Mais il m’arrive souvent d’être étonné, choqué même, par la tonalité du morceau ; l’impression première me semble étrange et invraisemblable… Pour bien voir la peinture de M. Monet et en apprécier les qualités exceptionnelles, il faut passer outre à l’impression première… ; Bientôt l’œil s’accoutume et l’esprit s’éveille ; le charme peut agir… [Le peintre] est impressionné par la nature et il impressionne ; il sait son métier et il le prend par les grands moyens… Voilà, ce me semble, un signalement qui répond à l’idée qu’on se faisait autrefois du véritable artiste. » (*)

Claude Monet devient ainsi pour la critique, puis pour le public, le chef de file de l’impressionnisme. Mais cet artiste exigeant poursuivra inlassablement sa recherche jusqu’à sa mort, malgré une déficience visuelle grave due à la cataracte. L’environnement artistique est très évolutif au début du 20e siècle : fauvisme, cubisme, expressionnisme, art abstrait bousculent les conventions. Sans quitter l’impressionnisme, Monet ira très loin à la fin de sa vie, jusqu’aux confins de l’abstraction. Son acuité visuelle déclinante l’a-t-elle aidé à prendre cette direction ? C’est probable, car il s’intéresse à « ce qu’il y a entre le motif et moi ». Mais il ne pouvait ignorer les tendances nouvelles. Le grand artiste sentait les évolutions en cours.

 

Claude Monnet. La maison de l'artiste vue de la roseraie (1922-24)

Claude Monnet. La maison de l'artiste vue de la roseraie (1922-24)

Huile sur toile, 92 × 89 cm, Musée Marmottan Monet, Paris.

 

Quantitativement, l’œuvre de Monet est immense. Daniel Wildenstein, dans son catalogue raisonné, recense environ 2000 huiles sur toile, sans compter les grands panneaux des nymphéas exposés au musée de l’Orangerie à Paris. Giverny tient une place prépondérante, tout simplement parce que c’est l’endroit où le peintre a séjourné le plus longtemps, de 1883 à 1926, soit 43 ans. Il consacre 324 toiles à son jardin et 238 aux environs de Giverny, y compris les séries (meules, peupliers). Mais Monet étant un grand voyageur, la diversité de la nature l’intéresse : les environs du Havre, Argenteuil, Vétheuil, la Hollande, la côte méditerranéenne, la côte bretonne et bien d’autres lieux l’ont inspiré.

S’il n’eut qu’une élève, Blanche Hoschedé, sa belle-fille, l’influence de Monet se mesure bien au-delà du milieu artistique. Incompris il y a 150 ans, il est aujourd’hui apprécié de tous. Spontanément, les hommes du 21e siècle, connaisseurs ou ignorant tout de la peinture, aiment les tableaux impressionnistes. Ils ont modifié radicalement notre façon de voir : celle de Claude Monet s’impose à nous aujourd’hui comme une évidence.

 

Claude Monet. Mario Uchard (v. 1858)Claude Monet. Mario Uchard (v. 1858). Crayon sur papier, 59,7 × 38,4 cm, Art Institute of Chicago. Voici deux exemples de caricatures que le jeune Monet vendait au Havre. Mario Uchard (1827-1893) était un romancier connu sous le second empire.

 

Claude Monet. Auguste Vacquerie (v. 1859)Claude Monet. Auguste Vacquerie (v. 1859). Crayon sur papier, 28,3 × 17,5 cm, Art Institute of Chicago. Auguste Vacquerie (1819-1895) est un poète et dramaturge dont le père est armateur au Havre.

Claude Monet. Le déjeuner sur l’herbe, étude (1865)Claude Monet. Le déjeuner sur l’herbe, étude (1865). Huile sur toile, 130 × 181 cm, musée Pouchkine, Moscou. Monet avait acheté une immense toile de 4,65 × 6 mètres en vue de cette composition. Malgré plusieurs études, il abandonnera le projet. Frédéric Bazille a servi de modèle pour le personnage masculin et on retrouve donc dans cette étude sa longue silhouette de 1,88 mètre à plusieurs reprises. Monnet n’avait sans doute pas encore le savoir-faire pour mener à bien un tel travail qui constitue cependant un remarquable exemple de son évolution progressive vers l’impressionnisme.

 

Claude Monet. Camille ou La femme à la robe verte (1866)Claude Monet. Camille ou La femme à la robe verte (1866). Huile sur toile, 231 × 151cm, Kunsthalle Bremen, Brême. Réalisé en quelques jours afin de pouvoir être présenté au Salon de 1866, ce portrait de Camille Doncieux, modèle et maitresse de Monet, connut un franc succès. Camille avait alors 19 ans. Malgré sa mort prématurée en 1879, Camille restera le modèle féminin par excellence de Monet. Comme on le voit, en 1866 Monet n’a pas encore renoncé aux fonds sombres traditionnels des portraits.

 

Claude Monet. Femmes au jardin (1866)Claude Monet. Femmes au jardin (1866). Huile sur toile, 255 × 205 cm, musée d’Orsay, Paris. Ce magnifique tableau fut refusé par le jury du Salon officiel de 1867. Monet cherche surtout à représenter les effets de lumière à travers les arbres et sur les personnages. « Le peintre trouve une réponse en peignant les ombres et les lumières colorées, les trouées de soleil filtrant à travers le feuillage, les reflets clairs en halos dans la pénombre. Emile Zola écrit dans son compte rendu du Salon : "Le soleil tombait droit sur les jupes d'une blancheur éclatante ; l'ombre tiède d'un arbre découpait sur les allées, sur les robes ensoleillées, une grande nappe grise. Rien de plus étrange comme effet. Il faut aimer singulièrement son temps pour oser un pareil tour de force, des étoffes coupées en deux par l'ombre et le soleil". » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. Jardin en fleurs à Sainte-Adresse (1866)Claude Monet. Jardin en fleurs à Sainte-Adresse (1866). Huile sur toile, 65 × 54 cm, musée d’Orsay, Paris. Monet passait souvent l’été à Sainte-Adresse, près du Havre, où sa famille avait une résidence. Cette composition de l’été 1866 juxtapose des couleurs vives et lumineuses afin de traduire une perception estivale de la nature.

 

Claude Monet. Terrasse à Sainte-Adresse (1867)Claude Monet. Terrasse à Sainte-Adresse (1867). Huile sur toile, 98 × 110 cm, Metropolitan Museum of Art, New York. Ce tableau a été peint pendant l’été 1867 dans le jardin de la propriété de la famille Lecadre à Sainte-Adresse. Au premier plan, il s’agit sans doute du père du peintre, Adolphe Monet. Les autres figures s’inspirent de membres de la famille Lecadre. L’objectif n’est évidemment pas le portrait de famille, mais la traduction picturale du ressenti du jeune peintre face à la magnifique terrasse fleurie offrant une vue sur un vaste panorama maritime.

 

Claude Monet.  Le berceau, Camille avec le fils de l'artiste (1867)Claude Monet.  Le berceau, Camille avec le fils de l'artiste (1867). Huile sur toile, 116,2 × 88,8 cm, National Gallery of Art, Washington. Jean Monet, fils de Camille Doncieux et de Claude Monet naît le 8 août 1867, alors que son père est au Havre dans sa famille. Claude Monet, en difficulté financière, viendra parfois à Paris après la naissance de son fils et fera à cette occasion plusieurs tableaux de lui dans son berceau.

 

Claude Monet. Au  bord de l’eau à Bennecourt (1868)Claude Monet. Au  bord de l’eau à Bennecourt (1868). Huile sur toile, 82 × 101 cm, Art Institute, Chicago. Au printemps 1868, Monet, aux prises avec des difficultés financières, s’installe avec sa famille dans une auberge proche de Bennecourt, sur les rives de la Seine. Ne pouvant plus payer, il en sera chassé mais aura le temps de peindre plusieurs tableaux dont cette vue de la Seine déjà très impressionniste par l’étude du miroitement de la lumière sur la surface de l’eau.

 

Claude Monet. Portrait de Madame Gaudibert (1868)Claude Monet. Portrait de Madame Gaudibert (1868). Huile sur toile, 217 × 139 cm, musée d’Orsay, Paris. Louis-Joachim Gaudibert, un riche armateur du Havre, commande à Monet en 1868 trois portraits de sa famille. Celui de sa femme, qui a alors 22 ans, permet à Monet de saisir « le profil perdu et le noble maintien » (*) d’une jeune bourgeoise de l’époque. Il n’était pas courant d’éluder le visage pour faire apparaître le profil et mettre en évidence le geste des mains, mais Louis-Joachim Gaudibert vantera la composition à Eugène Boudin. L’armateur avait perçu le chef-d’œuvre.

 

Claude Monet. La Grenouillère (1869)Claude Monet. La Grenouillère (1869). Huile sur toile, 74,6 × 99,7 cm, Metropolitan Museum of Art, New York. Au cours de l’été 1869, Monet et Renoir viennent fréquemment à la Grenouillère, sorte de café flottant sur l’île de Croissy, pour peindre les reflets de la lumière sur la surface de l’eau de la Seine. En juxtaposant de petites touches de couleurs claires et foncées, les deux artistes parviennent à restituer l’impression que l’observateur du phénomène lumineux peut ressentir. Nous sommes alors complètement dans le projet impressionniste qui naît ainsi de la volonté de jeunes peintres de saisir avec une technique nouvelle ce qui n’intéressait pas la peinture académique de l’époque.

 

Claude Monet. L’hôtel des Roches Noires à Trouville (1870)Claude Monet. L’hôtel des Roches Noires à Trouville (1870). Huile sur toile, 81 × 59 cm, musée d’Orsay, Paris. Cette œuvre « constitue un magnifique exemple de l'audace technique du peintre. Sa touche allusive et rapide crée l'impression du frémissement des drapeaux et anime un ciel parcouru de nuages aux contours incertains. Le format en hauteur accentue encore le contraste entre la stabilité des figures réparties dans la partie basse de la toile, et la mouvance des éléments sujets au vent, dans la partie supérieure. Le drapeau du premier plan, est particulièrement mis en valeur par le choix des rayures rouges et blanches, peintes d'un pinceau très libre. On évoque souvent Proust à propos de cette œuvre, mais la société dépeinte par Monet est antérieure d'une génération au moins à celle qu'évoque le romancier, même si l'hôtel des Roches Noires fut un des modèles du grand hôtel de Balbec. » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. Moulins à vent à Zaandam (1871)Claude Monet. Moulins à vent à Zaandam (1871). Huile sur toile, 48 × 74 cm, Ny Carlsberg Glyptotek, Copenhague. Monet séjourne quelques mois à Zaandam, entre Amsterdam et Haarlem, à partir de fin mai 1871. Il y peindra une vingtaine de toiles, dont ce paysage de moulins qui évoque immanquablement les grands paysagistes hollandais su 17e siècle et en particulier Jacob Van Ruisdael et Le moulin à vent de Wijk près de Duurstede (1668-72). Le grand ciel clair et accueillant de Monet remplace le grand ciel sombre et menaçant de Van Ruisdael. Monet reprend la vue en contre-plongée de Ruisdael afin de placer les ailes du moulin très haut dans le ciel.

 

Claude Monet. Impression soleil levant (1872)Claude Monet. Impression soleil levant (1872). Huile sur toile, 48 × 63 cm, musée Marmottan Monet, Paris. « Vue du port du Havre au petit matin, la composition réunit déjà tous les ingrédients qui vont faire de l'impressionnisme l'un des styles précurseurs de l'art moderne : un paysage aux airs d'esquisse peint en plein air par l'artiste, des coups de pinceaux secs qui témoignent de la patte du peintre, des effets de flou, des couleurs qui s'entrechoquent sur la toile au lieu de se mélanger au préalable dans la palette. Mis à part ces quelques bateaux et monuments érigés à l'horizon, ces silhouettes à contre-jour et ce soleil en forme d'orange sanguine qui distille ses reflets sur l'eau, Impression soleil levant entremêle ciel et mer dans un magma de tons bleutés et rosés qui relève presque de l'abstraction. De quoi scandaliser une partie de la critique, en fasciner une autre et entrer dans l'histoire de l'art en claquant la porte de l'académisme. Bien fort. » (Notice musée Marmottan Monet)

 

Claude Monet. Jean Monet sur son cheval mécanique (1872)Claude Monet. Jean Monet sur son cheval mécanique (1872). Huile sur toile, 59 × 73 cm, collection particulière. Jean Monet, le fils aîné de Camille et de Claude a alors 5 ans.

 

Claude Monet. Coquelicots (1873)Claude Monet. Coquelicots (1873). Huile sur toile, 50 × 65 cm, musée d’Orsay, Paris. « Monet dilue les contours et construit une rythmique colorée à partir de l'évocation des coquelicots, par des taches dont le format démesuré, au premier plan, montre la primauté accordée à l'impression visuelle. Ainsi un premier pas vers l'abstraction est-il franchi. Dans ce paysage, les deux couples mère et enfant du premier et du deuxième plan ne sont qu'un prétexte à la mise en place d'une oblique qui structure le tableau. Deux zones distinctes du point de vue de la gamme des couleurs sont ainsi définies, l'une dominée par le rouge, l'autre par un vert bleuté. La jeune femme à l'ombrelle et l'enfant du premier plan sont sans doute Camille, la femme de l'artiste, et leur fils Jean. » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. Le bateau-atelier (1874)Claude Monet. Le bateau-atelier (1874). Huile sur toile, 50 × 74 cm, collection particulière. Monet, après son installation à Argenteuil acheta un bateau qu’il aménagea de façon à pouvoir y poser son chevalet. Il parvenait ainsi à saisir les rives de la Seine vues du milieu du fleuve.

 

Claude Monet. Femme au parasol. Madame Monet et son fils (1875)Claude Monet. Femme au parasol. Madame Monet et son fils (1875). Huile sur toile, 100 × 81 cm, National Gallery of Art. « Femme au parasol a été peint à l’extérieur, probablement en une seule fois, en quelques heures. L’intention de l’artiste étant de donner l’impression d’une promenade en famille et non de réaliser un portrait, il utilise la pose et l’emplacement de sa femme et de son fils pour suggérer qu’ils ont interrompu leur promenade pendant qu’il saisissait leur image. La brièveté du moment est rendue par un répertoire de touches vibrantes de couleurs vives caractéristiques du style de Monet. » (Notice National Gallery of Art)

 

Claude Monet. La gare Saint-Lazare (1877)Claude Monet. La gare Saint-Lazare (1877).  Huile sur toile, 75 × 104 cm, musée d’Orsay, Paris. « Malgré l'apparente géométrie de l'architecture métallique, ce sont bien les effets colorés et lumineux qui prévalent ici plutôt que l'attachement à la description détaillée des machines ou des voyageurs. Certaines zones, véritables morceaux de peinture pure, aboutissent à une vision quasi abstraite. Cette toile fut appréciée par un autre peintre de la vie moderne, Gustave Caillebotte, dont la facture se trouve être le plus souvent à l'opposé de celle de Monet. » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. La rue Montorgueil (1878)Claude Monet. La rue Montorgueil (1878). Huile sur toile, 81 × 51 cm, Musée d'Orsay, Paris. Des festivités se déroulent dans les rues de Paris le 30 juin 1878 à l'occasion de l'ouverture de l’Exposition universelle. Les rues ont été décorées de drapeaux et une foule immense se presse. Monet a choisi un point de vue élevé, afin de souligner l'immense rassemblement. Il encadre son tableau très allongé par une multitude de drapeaux qui semblent sortir des façades. Il s'agit de saisir l'atmosphère festive.

 

Claude Monet. Pruniers en fleurs (1879)Claude Monet. Pruniers en fleurs (1879). Huile sur toile, Huile sur toile 73 cm × 94 cm, Szepmuveszeti Museum, Budapest. En 1879, La famille Monet habite Vétheuil, village situé sur une boucle de la Seine. Ce paysage a sans doute été saisi dans les environs du village au cours du printemps ou de l’été 1879. Une infinité de petites touches permettent au peintre de suggérer sa perception du feuillage des arbres du premier plan. Couleurs chaudes et couleurs froides sont utilisées pour dissocier les parcelles sur la colline et pour opposer l’herbe du pré aux toitures des maisons.

 

Claude Monet. Lavacourt (1880)Claude Monet. Lavacourt (1880). Huile sur toile, 100 × 150 cm, Museum of Arts, Dallas. Ce tableau fut présenté par Monet au Salon des Beaux-arts de 1880. La vue est prise depuis Vétheuil, non loin de la maison qu’occupent Monet et sa famille. La Seine décrit à cet endroit une grande boucle presque complète. Le hameau de Lavacourt, dont on aperçoit les maisons, se trouve sur l’autre rive. Ce paysage lumineux, tout en tons clairs, relevant d’une perception singulière de la nature, contraste fortement au Salon avec les paysages académiques beaucoup plus sombres, toujours à la recherche d’une représentation exacte d’une nature objective.

 

Claude Monet. Bordighera (1884)Claude Monet. Bordighera (1884). Huile sur toile, 65 × 81 cm, Art Institute, Chicago. Au cours de son séjour en Bordighera en 1884, Monet a peint une cinquantaine de toiles. Il explique dans sa correspondance qu’il peine beaucoup à rendre les couleurs du lieu et surtout la mer, qui semble vouloir lui échapper. La lumière méditerranéenne est une découverte pour l’enfant du Havre et l’artiste doit s’y adapter. Visiblement il y parvient fort bien.

 

Claude Monet. Villas à Bordighera (1884)Claude Monet. Villas à Bordighera (1884). Huile sur toile, 115 × 130 cm, Museum of Art, Santa Barbara.

 

Claude Monet. Etretat, la Manneporte, reflets sur l'eau (1885)Claude Monet. Etretat, la Manneporte, reflets sur l'eau (1885). Huile sur toile, 65,8 × 81,5 cm, musée d’Orsay, Paris. « Le site d'Etretat en pays de Caux retient l'attention de Monet dès l'hiver 1868-1869. Puis, l'artiste y revient chaque année de 1883 à 1886. Tout comme de nombreux peintres, notamment Gustave Courbet, Monet est séduit par l'aspect pittoresque de l'endroit […] Monet rencontre souvent Maupassant, qui réside à Etretat. L'écrivain choisi ce lieu comme cadre de plusieurs des Contes et Nouvelles. La sensibilité de l'écrivain qui s'exprime au long de ses pages descriptives correspond étroitement à celle du peintre. Cette vue des falaises illustre d'ailleurs les liens existant entre peinture et littérature au XIXe siècle, tout autant que l'attachement de Monet à la côte normande. »

 

Claude Monet. Les rochers de Belle-Ile (1886)Claude Monet. Les rochers de Belle-Ile (1886). Huile sur toile, 65 × 81,5 cm, musée d’Orsay, Paris. « Monet consacre aux îles de Port-Domois cinq toiles, dont celle-ci. C'est la seule dans un format en largeur qui lui permet de donner plus d'ampleur au choc, à la bataille que se livrent les rochers et la mer. L'espace est suggéré par l'échelonnement des roches. L'horizon, placé très haut, laisse peu de place au ciel, selon les procédés de l'estampe japonaise qui se trouvent en affinité avec l'esthétique impressionniste. L'extraordinaire vibration atmosphérique marine est rendue à l'aide de couleurs intenses. Bleus, verts, violets parcourent une mer frangée de blanc, avec des touches plates et larges ou verticales, arrondies, en accents circonflexes, en virgules, agitées mais dominées. C'est une facture nouvelle, très différente de celle de la période normande de Monet, plus appropriée à cette île grandiose où tout échappe à l'homme. » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. Femme à l’ombrelle, tournée vers la droite (1886)Claude Monet. Femme à l’ombrelle, tournée vers la droite (1886). Huile sur toile, 131 × 88 cm, musée d’Orsay, Paris. Après une période presque entièrement consacrée au paysage, Monet revient dans les années 1880 aux figures incorporées à un paysage. Ainsi réalise-t-il deux études de femme à l’ombrelle (tournée vers la droite et vers la gauche) en choisissant un cadrage en forte contreplongée lui permettant d’obtenir en arrière-plan un immense ciel bleu sur lequel se découpe la silhouette. Monet reste en permanence un expérimentateur. Le modèle est Suzanne Hoschedé, l’une des quatre filles d’Alice que Monet épousera en 1892.

 

Claude Monet. Vallée de la Creuse, effet de lumière (1889)Claude Monet. Vallée de la Creuse, effet de lumière (1889). Huile sur toile, 65 × 92 cm, Museum of Fine Arts, Boston. Au printemps 1889, Monet séjourne dans la Creuse, à Fresselines, à l’invitation du poète et compositeur Maurice Rollinat (1846-1903). Il peint 23 paysages en plusieurs groupes, chaque paysage d’un groupe ne différant que par des variations de perception liées à la luminosité.

 

Claude Monet. Trois peupliers, été (1891)Claude Monet. Trois peupliers, été (1891). Huile sur toile, 92 × 73 cm,  National Museum of Western Art, Tokyo. La série des peupliers occupe le peintre pendant une grande partie de l’année 1891. Les arbres bordent l’Epte, petite rivière se jetant dans la Seine à proximité de Giverny. Monet peint les peupliers à différentes saisons et selon des éclairages variés liés aux conditions climatiques. Il utilise un bateau pouvant contenir plusieurs toiles à la fois afin de se placer sur la rivière pour observer les peupliers sur la berge.

 

Claude Monet. Meule dans la neige, matin. (1890)Claude Monet. Meule dans la neige, matin. (1890). Huile sur toile, 65 × 92 cm, Museum of Fine Arts, Boston. En 1890-91, Monet réalise environ 25 compositions ayant pour sujet des meules de foin. Il cherche à capter les variations de perception de l’artiste en fonction des saisons, du temps, de la lumière.

 

Claude Monet. La cathédrale de Rouen, plein soleil (1893)Claude Monet. La cathédrale de Rouen, plein soleil (1893). Huile sur toile, 107 × 73,5 cm, musée d’Orsay, Paris. Cette vue de la tour Saint-Romain fait partie d’une série de 30 tableaux consacrés par Monet à la cathédrale de Rouen entre 1892 et 1894. Il travaille simultanément sur deux toiles à partir de la fenêtre d’un appartement situé en face de l’édifice. Comme dans toutes ses séries, le peintre s’intéresse aux variations de perception. Il s’investit tellement dans sa création qu’il en fait des cauchemars. David Wildenstein rapporte la phrase suivante : « Je suis rompu, je n’en peux plus, et, ce qui ne m’arrive jamais, j’ai eu une nuit remplie de cauchemars : la cathédrale me tombait dessus, elle semblait ou bleu ou rose ou jaune. »

 

Claude Monet. Bassins aux nymphéas, harmonie rose (1900)Claude Monet. Bassins aux nymphéas, harmonie rose (1900). Huile sur toile, 90 × 100,5 cm, musée d’Orsay, Paris. Au cours des trente dernières années de sa vie, Monet réalise environ 250 compositions de nymphéas à partir des fleurs de son jardin de Giverny. Le nymphéa est un genre de nénuphar se caractérisant par une floraison abondante et très colorée. Cette vue de la passerelle en bois au-dessus du bassin aux nymphéas sera reprise plusieurs fois par Monet en variant les tonalités. Le peintre s’intéresse de moins en moins à la représentation et évolue lentement vers une association libre de formes et de couleurs qui reste inspirée par son environnement visuel.

 

Claude Monet. Londres, le Parlement (1904)Claude Monet. Londres, le Parlement (1904). Huile sur toile, 81 × 92 cm, musée d’Orsay, Paris. « Le motif du Parlement de Londres apparaît avec insistance dans l'œuvre de Monet en 1900 […] Silhouette irréelle et fantomatique, le Parlement surgit comme une apparition. L'architecture de pierre semble avoir perdu toute consistance. Ciel et eau sont peints avec les mêmes tonalités, dominées par le mauve et l'orangé. La touche est systématiquement fragmentée en multiples taches colorées, pour rendre la densité de l'atmosphère et de la brume. Paradoxalement, ces éléments impalpables sont d'autant plus tangibles que le bâtiment est évanescent, comme dissout dans l'ombre. » (Notice musée d’Orsay)

 

Claude Monet. Nymphéas (1905)Claude Monet. Nymphéas (1905). Huile sur toile, 90 × 100 cm, Museum of Fine Arts, Boston. «  A partir de 1903, Monet réalise une série de toiles représentant son jardin aquatique de Giverny. Ici, les nymphéas dispersés sur le tableau suggèrent la surface de l’eau et induisent un effet spatial. L’association ombre-lumière sous les nymphéas suggère la réflexion dans l’eau du ciel et des arbres de la rive. Monet expose quarante-huit de ces paysages aquatiques en 1909. Fasciné par la subtile association de réalité et d’imagination que propose l’artiste, les critiques ont comparé ces peintures à la poésie et à la musique. » (Notice Museum of Fine Arts, Boston)

 

Claude Monet. Le Grand canal à Venise (1908)Claude Monet. Le Grand canal à Venise (1908). Huile sur toile, 74 × 92 cm, Museum of Fine Arts, Boston. « Monet avait toujours dit à sa femme que Venise était "trop belle pour être peinte". Mais quand il accepta l’invitation d’un ami américain à séjourner dans un palais loué sur les Grand Canal en 1908, il se mit au travail, réalisant trente-sept toiles pendant sa visite. Ce point de vue, saisi à partir de l’embarcadère du palais Barbaro, capte l’église baroque Santa Maria della Salute et ses reflets dansant dans l’eau. Contrairement à de nombreux peintres vénitiens, Monet s’intéresse moins à la représentation des monuments célèbres qu’à l’évocation des jeux de lumière et de leur réflexion sur les canaux de la ville. » (Notice Museum of Fine Arts, Boston)

 

Claude Monet. Nymphéas (1915)Claude Monet. Nymphéas (1915). Huile sur toile, 130 × 153 cm, musée Marmottan Monet, Paris. Par rapport au tableau de 1905 sur le même thème (ci-dessus), ces nymphéas se caractérisent par une stylisation des formes et une grande liberté chromatique. Le fauvisme a certainement joué un rôle dans une évolution qui était en germe chez Monet, toujours à la recherche d’une autre expressivité.

 

Claude Monet. Agapanthes (1914-26)Claude Monet. Agapanthes (1914-26). Huile sur toile, 198,2 × 178,4 cm,  The Museum of Modern Art (MoMA), New York. Dans son jardin de Giverny, Monet aimait expérimenter des variétés de plantes assez rares sous nos climats. A la fin de sa vie, il employait six jardiniers. L’agapanthe ou lys du Nil est une plante d’origine africaine dont les fleurs blanches, bleues, roses se déploient à l’extrémité d’une longue tige.

 

Claude Monnet. La maison de l'artiste vue de la roseraie (1922-24)Claude Monnet. La maison de l'artiste vue de la roseraie (1922-24). Huile sur toile, 92 × 89 cm, Musée Marmottan Monet, Paris. L'évolution vers l'abstraction correspond à un climat général des arts graphiques au début du 20e siècle. Beaucoup d'artistes cherchent à dépasser les expériences figuratives et s'orientent assez naturellement vers la non figuration. Monet, inlassable explorateur de l’art de peindre, prend place dans cette évolution. Il reste impressionniste jusqu'à la fin de sa vie, mais fera évoluer le style jusqu'à la quasi-abstraction tout en conservant pour ses œuvres une appellation figurative. Voici l'un des derniers tableaux de Monet : peinture figurative ou non figurative ?

 

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

CLAUDE MONET

 

___________________________________________________________

(*) Daniel Wildenstein, Monet ou le triomphe de l’impressionnisme, éditions Taschen.

(**) Quelques chiffres pour apprécier les sommes citées dans le texte. Les salaires annuels étaient à l’époque approximativement les suivants : 500 F pour un domestique, 800 F pour un instituteur débutant, 4300 F pour un lieutenant-colonel.

(***) Pour de nombreux détails sur les problèmes oculaires de Monet, voir les l’analyse d’un médecin : La cataracte opérée de Monet

(****) Esquisse pour A l’ombre des jeunes filles en fleurs, édition La Pléiade, II, page 974.

Google Art Project

Ajouter un commentaire