Questions sur le déballage patrimonial

16/04/2013

C'est fait ! Ouf ! Les français sont désormais informés. Leurs ministres ont des patrimoines compris entre 100 000 € et 6,5 millions d'€. Ridicule, précipité, vexatoire, épidermique, etc., nombreux sont les adjectifs qui viennent à l'esprit pour qualifier cette pantalonnade. Mais rien de positif ne peut sortir d'un tel déballage. François Hollande s'est précipité pour réagir à un tapage médiatique provoqué par Edwy Plenel (site Mediapart) à propos d'une petite affaire de fraude fiscale (1). Le pouvoir a donné l'impression d'obéir de façon irréfléchie aux injonctions des médias. Chacun sait pourtant qu'aujourd'hui, le monde des médias vit de scoops, de scandales, d'informations factuelles et anecdotiques. Parvenir à déclencher un scandale politique est ressenti comme un remarquable succès. On a « créé l'évènement » au lieu de se contenter de l'annoncer et de le commenter.
Les français les moins crédules se poseront cependant quelques questions. La réponse appartient à chacun en toute liberté.

• François Hollande a-t-il voulu scénariser une diversion quand les véritables problèmes (chômage, finances publiques) ne peuvent qu'apporter de l'impopularité ?
• Est-ce un acte d'autorité de la part de celui qui semblait en manquer ?
• Au-delà de la savante orchestration médiatique, croit-il sincèrement que les français attachent beaucoup d'importance à ce pitoyable déballage ?
• S'imagine-t-il vraiment faire progresser la démocratie en agissant de la sorte ?
• Certains ministres n'ont pratiquement aucun patrimoine. Il est tout à leur honneur d'être là où ils sont. Mais avait-on besoin de fournir des chiffres ? Notre président sait-il que le respect du peuple va davantage à ceux qu'il admire qu'à ceux qu'il plaint.
• Certains patrimoines, par exemple celui de Laurent Fabius (6,5 millions d'€), ne paraîtront-ils pas très élevés à ceux qui ne sont pas familiers des réalités financières de l'époque ? (2).
• Peut-on être social-démocrate et avoir un patrimoine de plusieurs millions d'€ ? Cette fois, nous apporterons la réponse : oui. L'option sociale-démocrate relève d'une vision de l'avenir à base d'interventionnisme public et de redistribution des revenus. Elle n'interdit nullement aux talents de s'exercer et aux individus de s'enrichir, mais raisonnablement, ce qui est évidemment le cas dans l'exemple cité précédemment.

__________________________________________________________________

 (1) Les affaires de fraude fiscale concernant les grandes sociétés (Impôt sur les sociétés, TVA) peuvent atteindre des sommes de plusieurs centaines de millions d'€. Pour Jérôme Cahuzac, on a évoqué 600 000 € sur un compte en Suisse : une peccadille du point du vue du montant. Mais il s'agissait du Ministre du Budget !

(2) Il s'agit pourtant d'une fortune modeste. Les grandes fortunes ont une toute autre dimension. Ainsi, il y a sur notre petite planète plus de mille personnes disposant d'une fortune supérieure à un milliard de dollars. La première fortune, celle du mexicain Carlos Slim dépasse les 50 milliards de dollars. Bernard Arnault (Groupe LVMH), le français le plus riche, a une fortune d'environ 27 milliards de dollars soit 4 000 fois la fortune de Laurent Fabius. Selon l'INSEE, les 10% de ménages français les mieux dotés ont un patrimoine supérieur à environ 550 000 €. Certains ministres ne figurent donc pas dans les 10% les plus riches, ce qui, eu égard à leur fonction, est déjà une belle performance de la démocratie.