Les derniers instants avant la chute de Rome

13/12/2013

Cette lettre de Paulus Donatus (1) à son frère Gaius, datée de juillet 476 après J.-C, est citée par le professeur Amedeo Carlotti, de l'Université de Mantoue. Elle présente de troublantes similitudes avec l'époque actuelle.

« Gaius, mon frère, je t'écris du camp légionnaire d'Argentorate (2), où la situation se dégrade rapidement. Les incursions barbares ne sont plus contenues car notre armée s'affaiblit de jour en jour. Sur le limes (3) de l'Est, nos villes n'ont plus la quiétude de jadis. Les barbares s'y installent presque librement et font prévaloir leurs coutumes. Les citoyens de Rome se sentent dépossédés de leurs traditions et les incidents violents se multiplient.
La solde des légionnaires est si médiocre qu'elle ne leur permet plus de vivre et que la corruption s'installe. Les barbares s'enrichissent par de sordides trafics et achètent les soldats qui se sentent humiliés. Nos belles routes romaines ne sont plus entretenues et nos relations avec Rome deviennent difficiles. Nos enfants fréquentent des écoles où ne règne plus la moindre discipline car les maîtres ne sont plus respectés. Te souviens-tu, Gaius, des écoles de notre enfance où régnaient l'ordre et le respect d'autrui ? Les devoirs de chacun étaient connus et nous avions foi en notre avenir. La jeunesse d'aujourd'hui désespère.
A Rome, les empereurs se succèdent mais ils n'ont aucune vision de notre avenir. Ils mentent effrontément pour conquérir le pouvoir et promettent ce qu'ils savent ne pas pouvoir donner. Notre dernier empereur est parvenu au pouvoir en s'assurant des soutiens par des engagements vagues et en faisant tout pour déconsidérer son prédécesseur. Notre administration et notre armée sont devenues des fardeaux qui pèsent d'un poids écrasant sur les productions de nos grands domaines.
Je te le dis, Gaius, nous sentons bien ici, sur le limes de l'Est, que quelque chose se termine. L'Empire fort et confiant de notre jeunesse s'effondre et, avec des larmes dans les yeux, nous avons l'impression de vivre les derniers instants avant la chute de Rome.
Salut et fraternité. » (4)

_____________________________________________________

(1) Paulus Donatus est un général romain en inspection aux frontières de l'Empire.

(2) Strasbourg

(3) Frontière

(4) Cette lettre est une fiction. Aucun des personnages cités n'existe, pas plus que le professeur Amedeo Carlotti.