Politique spectacle

28/01/2012    

La professionnalisation de la communication transforme nos hommes politiques en représentants de commerce habiles et talentueux. Le nouveau Hollande a, dit-on, réussi son show télévisé sur France  2. Il faut bien comprendre que cela signifie qu’il a vendu sa marchandise avec professionnalisme et que la clientèle potentielle a été convaincue par sa prestation. Ce faisant, on ne porte aucun jugement objectif sur la qualité de la marchandise elle-même. Dans ce domaine, il n’y a évidemment aucune garantie et le service après-vente est totalement défaillant. Selon la formule bien connue, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent. Par chance, nos concitoyens ne sont pas tous économistes et les échanges sur le niveau du déficit budgétaire et le taux de croissance du PIB équivalent pour eux à de l’hébreu ancien. Pourtant, nombre d’entre eux doivent désormais bien comprendre le tour de passe-passe toujours réitéré que reflète le dialogue suivant :

- Mon programme prévoit le retour à l’équilibre budgétaire pour 2017. Et ce qui est annoncé sera fait.

- Mais vous supposez un taux de croissance du PIB de 2% par an à partir de 2014. La croissance ne se décrète pas. Comment allez-vous faire ?

- Bien entendu, mon programme prévoit une politique de croissance.

 Voyons, puisqu’on vous le dit…