La limite extrême

09/06/2012   

La démocratie est menacée. La menace ne vient pas uniquement des partis extrêmes, mais, comme dans les années vingt du 20e siècle, du comportement irresponsable des partis de gouvernement. Il faut promettre toujours plus pour être élu et nous atteignons la limite extrême du possible. La gauche n’accède au pouvoir en France, qu’il s’agisse de 1981 (Mitterrand), de 1997 (Jospin) ou de 2012 (Hollande) qu’à condition de faire des promesses sociales totalement irréalistes, eu égard à la situation macro-économique et budgétaire. Certes, François Hollande a été plus prudent que ses prédécesseurs, mais la situation est aujourd’hui gravissime ; autant dire clairement que nous sommes au bord du gouffre. Si l’Espagne s’effondre, ce qui est loin d’être exclu, c’est l’Europe qui sombrera, du moins dans ses contours actuels, et, par ricochet macro-économique et financier, la planète entière. Car l’Europe représente l’une des zones les plus riches : la chute brutale de sa consommation aurait des effets déflationnistes ravageurs.

Ainsi, la démocratie est menacée par la compétition pour le pouvoir que se livrent des équipes dont on se demande si elles ont une vision à long terme de la société qu’elles souhaitent instituer. Qui voudrait encore d’un libéralisme non régulé ? C’est précisément l’absence de régulation qui a déclenché la crise des subprimes. Qui peut encore penser qu’il faille accroître le poids financier d’un secteur public qui dépense chaque année 56% des richesses produites ? Rien d’essentiel ne sépare plus droite et gauche réalistes, aptes à gouverner. Mais il faut se caricaturer soi-même pour répondre aux petits démagogues sans envergure à la Mélenchon ou Le Pen. Ils n’ont que de petites ambitions, faire parler d’eux, se construire une présence médiatique. Ils parviennent pourtant à attirer nombres de déçus particulièrement naïfs.

Personne ne sait comment sortir de ce cercle vicieux de la surenchère permanente. Mais tout le monde sait désormais que nous avons atteint la limite extrême du possible. Nous sommes à un tournant de l’Histoire.