Au nom de qui parle Audrey Pulvar ?

16/08/2012    

La nouvelle directrice du magazine Les Inrocks s’est adressée à François Hollande à propos du démantèlement des campements illicites de Roms : « Cher François, on n’a pas voté pour ça ». Le pronom « on » utilisé par la journaliste laisse penser qu’elle s’exprime au nom de ceux qui ont voté pour François Hollande. Or, les sondages réalisés sur le sujet montrent que 80% des français approuvent ces démantèlements. Cela signifie que la grande majorité des électeurs de Hollande sont favorables à ces démantèlements. Alors, au nom de qui parle la journaliste ? Au nom d’une petite coterie de bien-pensants qui a toujours le verbe haut, qui vit dans les quartiers les plus favorisés où jamais ne s’installe le moindre camp illégal et qui peut sans le moindre risque jouer les grandes âmes. Ces gens-là disposent de relais médiatiques sans aucun rapport avec leur représentativité réelle et jouent un rôle de caisse de résonance pour les associations et partis d’extrême-gauche. Sans partager le moins du monde ses idées, on peut avoir de l’estime pour un homme comme Philippe Poutou, ouvrier, candidat du NPA à l’élection présidentielle. Cet homme vit quotidiennement son engagement et prend des risques. On a beaucoup moins de respect pour la compagne d’un ministre qui vit bourgeoisement, n’a aucune responsabilité politique et vient faire la morale au Président de la République. L’idéalisme ne se résume pas à quelques phrases creuses. Il doit se traduire en action pour être crédible.