Lucile de Chateaubriand, sa vie, ses écrits, son destin

Page de couverture. Lucile

Chateaubriand (1768-1848) a édifié dans les Mémoires d’outre-tombe un « somptueux monument » à la mémoire de sa sœur Lucile (1764-1804). De quatre ans son aînée, elle sera sa camarade d’enfance et sa compagne d’adolescence. Il y a une communauté d’esprit entre eux, qui n’existe pas avec les autres frères et sœurs. Mais la réussite littéraire de François-René, dès le début du 19e siècle, l’éloignera de la timide et secrète Lucile. Son destin à elle sera tragique : emprisonnement pendant la révolution, mariage avec un vieillard, le comte de Caud, errance entre Paris et la Bretagne sans jamais se fixer nulle part. Elle meurt en 1804, à quarante ans, seule à Paris, et il faut bien le dire, abandonnée par son frère. Elle sera enterrée dans une fosse commune.

Lucile avait une admiration sans borne pour ce jeune frère écrivain, déjà célèbre. A la lecture de certaines lettres de 1803 et 1804, on perçoit un univers intérieur tourmenté, un attachement excessif à son frère, une sorte de dépendance, qui devient, dirait-on aujourd’hui, pathologique. Le jeune Chateaubriand, épris de liberté, ne pouvait que prendre ses distances.

Ainsi écrit-elle à Pauline de Beaumont en 1803 : « Croyez aussi, Madame, que je ne suis point trop à plaindre puisque mon frère, la meilleure partie de moi-même, est dans une situation agréable ». Et à son frère lui-même : « Mon ami, je ne garde sur terre de sûr asile que ton cœur ; je suis étrangère et inconnue pour tout le reste ». Ou encore, dans une autre lettre : « Mon aimable frère, le ciel, qui se plaît à se jouer de toutes mes autres félicités, veut que je trouve mon bonheur tout en toi, que je me confie à ton cœur ».

Lucile exprimait aussi dans ses lettres sa solitude et le sentiment de son inutilité. Elle écrit à Pauline de Beaumont : « J’ai bien la mine d’être déplacée sur la terre : effectivement, ce n’est pas d’aujourd’hui que je me regarde comme une de ses productions superflues ».

Après la mort de Pauline de Beaumont, en 1803, Lucile perd pied. La dernière lettre qu’elle adresse à son frère en 1804, « si poignante et toute admirable » comme le dit Chateaubriand, sonne comme un appel secours, dans l’admirable français du 18e siècle d’une vraie Chateaubriand : « Mon frère, ne te fatigue ni de mes lettres ni de ma présence ; pense que bientôt, tu seras pour toujours délivré de mes importunités. Ma vie jette sa dernière clarté, lampe qui s’est consumée dans les ténèbres d’une longue nuit, et qui voit naître l’aurore où elle va mourir… Où sont mes amis, mes protecteurs, mes richesses ? A qui importe mon existence, cette existence délaissée de tous, et qui pèse tout entière sur elle-même ? »

Personne ne lui répondra, pas même son frère.

Patrick AULNAS

 


 

J’ai rassemblé en 62 pages un certain nombre de documents écrits et iconographiques sur Lucile de Chateaubriand. En voici un petit aperçu :

  Sommaire   Vie de Lucile   Portraits de Lucile   Manuscrit de Lucile   Extraits des Mémoires d'outre-tombe   Article critique

Pour recevoir gratuitement ce fichier PDF, il suffit de vous inscrire à la newsletter Rivage de Bohème (ci-contre à gauche). Tapez simplement votre adresse mail. Un lien de téléchargement vous sera adressé rapidement.

Commentaires (10)

Jeffrey Hawthorne Goines
  • 1. Jeffrey Hawthorne Goines | 14/06/2012

Patrick,

Merci, tout d'abord, et infiniment, du travail que vous avez fait pour la memoire de Lucile de Chateaubriand. Dans "Les Memoires d'Outre-Tombe", deja, elle apparait magique, et tout-a-fait extraordinaire. Nous avons tous besoin d'en savoir plus sur cet etre humain qui semble unique. Merci, de tout coeur, d'avoir la bonte de me faire parvenir un peu de vos recherches. Je serais tres honore, bien sur, et enchante (le petit jeu sur le mot paraissait inevitable!) d'avoir de vos nouvelles.

Jeffrey Hawthorne Goines

rivagedeboheme
  • 2. rivagedeboheme (site web) | 14/06/2012

Très sincèrement merci pour votre appréciation. Je vous transmets par mail séparé le document pdf sur Lucile de Chateaubriand.
Bien à vous.

Michel DEBOUCHAUD
  • 3. Michel DEBOUCHAUD | 17/06/2013

17 juin 2013.
Bonsoir,
merci pour cette information sur Lucile, soeur de Chateaubriand. Je ne connaissais pas ces détails nâvrants, qui en disent long sur l'égoïsme de l'écrivain et sa posture...
Je dispose moi-même d'un disque 33 t très rare où l'ancien comédien Pierre Fresnay dit des extraits des oeuvres, et notamment ce passage prophétique :
" Le vieil ordre européen expire.Si l'on arrête les yeux sur le monde actuel,on le voit imprimé par une grande révolution ,et s'ébranler depuis l' Orient jusqu'à la Chine qui semblait à jamais fermée...etc...."
Sentiments distingués. MD.

DUPONT Francis
  • 4. DUPONT Francis | 10/11/2013

Bonjour,
ma mère lisait Chateaubriand, moi non, et je l'ai souvent vu plongée dans le Génie du christianisme. De mes enfants, quand petits, ils venaient lui rendre visite, elle disait qu'ils lui faisaient penser à Chateaubriand et à sa soeur Lucille. Je ne sais s'il existait des relations incestueuses entre eux mais ce n'était pas le cas de mes enfants presque adultes aujourd'hui. Ils étaient juste très collés l'un à l'autre.
Bref, j'avais envie d'en savoir d'avantage.
En vous remerciant.

rivagedeboheme
  • 5. rivagedeboheme (site web) | 12/11/2013

On en reste au niveau des conjectures. Le plus probable est que le frère et la sœur avaient beaucoup d’affinités mais rien ne permet de conclure à des relations incestueuses. Ils se sont rapprochés dans l’ambiance glaciale de Combourg. Ils étaient tous deux littéraires, ce qui n’était pas le cas du reste de la fratrie. Leur penchant pour le romantisme et l’exacerbation des sentiments est aussi très net. Relisez à cet égard les passages de René incorporés dans mon recueil de documents.
Je vous l'envoie par mail.
Bien à vous.

Mme FAITEAU
  • 6. Mme FAITEAU | 19/02/2014

Bonsoir,
je suis une admiratrice de Chateaubriand.
Le château est lugubre
Je comprends très bien pourquoi, François René et Lucile
étaient si proches.
Mais de là ...... aux suppositions, il y a tout un monde.
Le portrait de Lucile m'intéresse aussi
Merci

Tahari
  • 7. Tahari | 20/05/2014

Merci pour ces informations, j'étudié en ce moment le portrait de Lucile votre recherche m'est d'ungrand secours.

Merci encore

Davide
  • 8. Davide | 29/09/2014

Merci pour votre travail,
je voudrai mieux connaitre la figure de Lucile de Chateaubriand.

Christiane-Jehanne
  • 9. Christiane-Jehanne (site web) | 29/12/2015

Bonjour,
je suis Donneuse De Voix bénévole bien sùr,pseudo Christiane-Jehanne,et j'enregistre tout le texte intégral des Memoires d'Outre-tombe.
Avec le Livre 17 et les belles lignes consacrées à Lucile ,j'ai cherché des informations et je vais bientôt enregistrer les textes de Lucile,lettres,poemes,contes.
Notre site est totalement libre d'accès,totalement gratuit,en téléchargement très simple et immédiat.
Si cela peut rendre service,notre site est / www.Litterature.com/
Bien cordialement à tous les "amoureux" de François-René et de Lucile de CHATEAUBRIAND.
Christiane-Jehanne.

Veronique Martin
  • 10. Veronique Martin | 30/03/2016

Merci pour votre superbe travail. Je vous serais reconnaissante de bien vouloir me faire parvenir votre PDF sur Lucile de Chateaubriand. Merci par avance! Bien à vous.

Ajouter un commentaire