Panorama Préhistoire-14e siècle

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

 

0. Panorama Préhistoire - 14e siècle
1. Époques ou styles Préhistoire-14e siècle

 

 

0. Panorama de la peinture de la Préhistoire au 14e siècle

 

La peinture ou le dessin, jusqu'au 14e siècle, présentent en général un contenu narratif et une dimension magique ou religieuse. Tout naturellement, les hommes de la préhistoire ont commencé par représenter leurs activités ou leur environnement : chasse, pêche, animaux, plantes. Mais la rationalité qui nous caractérise n'était encore qu'embryonnaire chez nos lointains ancêtres. Les images n'avaient pas un but décoratif, mémoriel ou sémantique, mais probablement magique. Il s'agit donc de raconter ce que l'on va faire, par exemple chasser, tout en invoquant des esprits pour que la chasse soit fructueuse.

 

Grotte Chauvet. Chevaux et rhinocéros (-31 000)Grotte Chauvet. Chevaux et rhinocéros (-31 000)

 

Ces caractéristiques subsistent dans l'Antiquité et au Moyen Âge, mais la religion se substitue à la magie. Dans l'art occidental, les divinités sont représentées avec une apparence humaine et se livrent aux activités quotidiennes des hommes : chasse, pêche, guerre, conversations, etc. Les dieux égyptiens, grecs, romains sont même sexués. Les relations entre les dieux et les déesses constituent une transposition pure et simple des relations hommes - femmes : amour, passion, ruptures, jalousie sont omniprésents dans les multiples aventures mythologiques.

 

Achille et Ajax jouant aux dés (v. 540 avant J.-C.)Achille et Ajax jouant aux dés (v. 540 avant J.-C.)

 

Cette proximité des hommes et des dieux subsiste après le passage au monothéisme. Dans le récit biblique, comme dans l'esprit des croyants, le dieu des chrétiens est un homme. Son fils, Jésus-Christ, également, ainsi que les apôtres. Les personnages féminins existent (la Vierge par exemple) mais n'ont pas de statut divin. Ces caractéristiques élémentaires ont une importance considérable puisque la religion joue un rôle moteur de promotion de la production artistique pendant tout le Moyen Âge. La peinture et la sculpture de l'époque fournissent d'ailleurs des images qui peuvent évoluer au fil des siècles. Ainsi, Jésus-Christ apparaît tout d'abord dans l'iconographie comme un jeune homme sans barbe, par exemple sur cette mosaïque :

 

La multiplication des pains et des poissons (v. 520)La multiplication des pains et des poissons (v. 520)

 

Par la suite, il devient un homme barbu et plus âgé. Les prescriptions religieuses ont donc une incidence majeure sur l'art de cette période et on le comprend aisément en comparant l'art occidental et l'art du monde arabe. La religion musulmane, en interdisant de représenter la divinité, induit un art très différent dans lequel la dimension décorative prend une place plus importante. Il est en effet impossible de raconter en images la vie du prophète Mahomet comme on le fait pour celle de Jésus-Christ. Dieu lui-même peut faire l'objet d'une illustration naïve, comme sur ce retable du 14e siècle où Dieu crée successivement les végétaux, les animaux et l'homme (Adam) :

 

Bertram von Minden. Retable de Grabow, détail 1 (1379-83)Bertram von Minden. Retable de Grabow, détail (v. 1379-83)

 

Ajouter un commentaire