L'Art nouveau

 

 

ENVIRON 1890-1914

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________ 

 

Mucha. Le Printemps (1896)Mucha. Le Printemps (1896)

 

Pour télécharger un diaporama sonorisé sur l'oeuvre de Mucha, cliquez sur le lien ci-après :

Diaporama MUCHA

 

L’art nouveau n’est pas un mouvement pictural à proprement parler mais un style décoratif qui connut un grand succès à la fin du 19e et au début du 20e siècle. Il concerne l’architecture, la décoration d’intérieur, la sculpture, le vitrail et accessoirement la peinture. La terminologie fluctue selon les pays : on parle de Jugendstil en Allemagne, de Sezessionstil en Autriche, de Stile Liberty en Italie, d’Arte joven en Espagne. Le terme Art nouveau a d’abord été utilisé en Belgique par la revue L’Art Moderne créée en 1881 par Oscar Maus et Edmond Picard : ces deux personnages se définissent en effet comme « les croyants de l’Art nouveau », c'est-à-dire d’un art qui rejette l’académisme et se veut novateur. Le terme Art nouveau sera repris par le marchand d’art Siegfried Bing qui créa à Paris en 1895 un magasin à l’enseigne de « La Maison de l’Art nouveau » dans lequel on vendait des objets d’art de renom tels que les créations de Louis Comfort Tiffany (1848-1933), Emile Gallé (1846-1904) et René Lalique (1860-1945).

Esthétiquement l’art nouveau est une réaction à l’impressionnisme qui est d’abord un réalisme et qui a tendance à dissoudre les formes. L’art nouveau privilégie le  dessin. Le trait est net, les motifs (femmes, feuilles, fleurs, évocations symboliques) sont stylisés. L’artiste utilise les arabesques ou les stries pour rejoindre parfois une abstraction purement décorative. La filiation est nettement symboliste. Ainsi, le peintre symboliste néerlandais Jan Toorop (1858-1903) parsème certaines de ses œuvres de grandes courbes ou de stries purement décoratives qui caractérisent le style « Art nouveau » : O grave, where is thy Victory (1892),  Fatalism (1893).

 

Toorop. O grave where is thy victory (1892)

O grave, where is thy Victory (1892)

Craie et crayon sur papier, 60 × 75 cm, Rijksmmueum, Amsterdam.

 

 

Toorop. Fatalité (1893)

Fatalism (1893)

Craie et crayon sur papier, 60 × 75 cm, Rijksmueum Kröller-Müller, Otterlo.

 

En Grande-Bretagne, on retrouve ces mêmes grandes arabesques chez Aubrey Beardsley (1872-1928) : La Robe de paon (1892).

 

Beardsley. La robe de paon (1892)La Robe de paon (1892)

Encre noire et graphite sur papier, 23 × 17 cm, Harvard Art Museums, Cambridge, Massachusetts.

 

Alphonse Mucha (1860-1939) est un peintre tchèque particulièrement représentatif de l’Art nouveau. Il conçut beaucoup d’affiches et de lithographies comme la série des saisons (1896) : Printemps, Eté, Automne, Hiver  ; ou encore pour différentes marques commerciales, Savonnerie de Bagnolet, Champenois imprimeur, et pour la comédienne américaine Maud Adams (1872-1953), Maud Adams en Jeanne d’Arc (1909).

 

Mucha. Le Printemps (1896)

Le printemps (1896). Huile sur bois, collection particulière.

Mucha. L'été (1896) L'été (1896). Huile sur bois, collection particulière.
Mucha. L'automne (1896) L'automne (1896). Huile sur bois, collection particulière.
Mucha. L'hiver (1896) L'hiver (1896). Huile sur bois, collection particulière.
Mucha. Savonnerie de Bagnolet

Savonnerie de Bagnolet (1897). Lithographie, 51,5 × 37 cm, collection particulière.

Mucha. Champenois imprimeur-éditeur (1897)

Champenois imprimeur (1897). Lithographie, 72,7 × 55,2 cm, collection particulière.

Mucha. Maud Adams en Jeanne d'Arc (1909)

Maud Adams en Jeanne d'Arc (1909). Huile sur toile, 209 × 76 cm, Metropolitan Museum of Art, New York.

 

 

 Jules Chéret (1836-1932) est un autre maître de l’affiche : Fête des fleurs (1890), Quinquina-Dubonnet (1895), Casino d’Enghien (1896).

 

Chéret. Fête des fleurs (1890)

Fête des fleurs (1890). Lithographie, collection particulière.

Chéret. Quinquina-Dubonnet (1895)

Quinquina-Dubonnet (1895). Lithographie, collection particulière.

Chéret. Casino d'Enghien (1896) Casino d'Enghien (1896). Lithographie, collection particulière.

 

 Les vitraux dessinés par Louis Comfort Tiffany (1848-1933) sont une autre illustration du style Art nouveau : Vitrail Tiffany 1, Vitrail Tiffany 2 (environ 1890).

 Tiffany. Vitrail (env. 1890)

Tiffany.Vitrail. Musée des Arts appliqués, Hambourg.

Tiffany. Vitrail (env. 1890)

Tiffany.Vitrail. Musée des Arts appliqués, Hambourg.

 

Georges de Feure (1868-1943), de son vrai nom Georges Joseph de Sluijters, est un peintre et décorateur néerlandais qui s’installa à Paris à la fin des années 80. Symboliste d’abord, son œuvre évolue vers le style Art nouveau : on lui doit beaucoup de portraits de « femmes fatales », très en vogue à l’époque : The Voice of evil (1895), La fumeuse, La botaniste. Il réalisa également des vitraux et des illustrations comme celle du livre de Marcel Schwob, La Porte des rêves (1899).

De Feure. The voice of evil (1895)

The Voice of evil (1895). Huile sur bois, 65 × 59 cm, collection particulière. La voix du mal.

 
De Feure. La fumeuse  

La fumeuse (v. 1910). Gouache sur papier, collection particulière.

De Feure. La botaniste  

La botaniste (v 1895). Gouache sur papier, 91 × 72.4 cm, collection particulière.

De Feure. Vitrail

Vitrail 1901-02). Vitre, plomb, bois, 200 × 91 cm, Virginia Museum of Fine Arts, Richmond.

De Feure. La Porte des rêves, illustration (1899)  

La Porte des rêves (1899). Gravure sur l'ouvrage éponyme de Marcel Schwob, 15 × 22 cm.

 

Ainsi, l’Art nouveau, qui a laissé des réalisations architecturales et décoratives exceptionnelles (Horta, Mackintosh, Guimard), reste une  tendance picturale secondaire mais attachante, intermédiaire entre les grandes innovations de la fin du 19e siècle (réalisme, impressionnisme) et les évolutions conceptuelles majeures du début du 20e siècle (expressionnisme, cubisme).

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

Jan Toorop

Alphonse Mucha

Louis Comfort Tiffany

Théophile Alexandre Steinlen

Commentaires (1)

fabienne
  • 1. fabienne | 30/08/2012

très beau site sublime

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau