Matthias Grünewald

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

 

Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion (1512-16)  Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion (1512-16)

Huile sur bois, 269 × 307 cm, musée d'Unterlinden, Colmar (France)

 

Biographie

 1475/80-1528

Parler de biographie à propos de Matthias Grünewald est un peu excessif. Nous ne possédons que très peu d'informations sur ce peintre allemand, contemporain d'Albrecht Dürer. Sa date et son lieu de naissance ne sont pas connus, mais il probablement né à Wurtzbourg (Würzburg), en Bavière entre 1475 et 1480. Il s'appelait en réalité Mathis Nithart ou Mathis Gothart, selon les documents historiques conservés. Le nom de Grünewald apparaît seulement en 1675 dans l'Académie allemande (Teutsche Akademie) de Joachim von Sandrart (1606-1688). Sandrart est un peintre qui veut conserver une trace écrite de la vie et de l'œuvre de ses pairs. Il rédige donc un vaste ouvrage recensant les peintres allemands de l'époque, intitulé L'Académie allemande et inspiré des Vies des peintres de Giorgio Vasari (1550) ou du Livre des peintres de Karel van Mander (1604). Nous conserverons ci-après le nom de Grünewald, bien que les documents historiques utilisent Maître Nithart ou Gothart.

Matthias Grünewald apparaît pour la première fois en 1505 lorsqu'il entre au service de l'archevêque de Mayence, Uriel von Gemmingen (1486-1514) qui est aussi prince-électeur du Saint-Empire romain germanique. Von Gemmingen l'emploie comme maître d'œuvre à Aschaffenburg. Il est chargé, entre autres tâches, du percement d'un puits et de l'installation d'une pompe. Il poursuivra pendant plusieurs années cette spécialité d'hydraulicien puisqu'il est à nouveau mentionné pour ce type de travail dans un contrat en 1510. Au cours des années suivantes (1510-1515) apparaissent des documents le désignant comme peintre de retables. Il livre, à Aschaffenburg, deux volets du retable Heller dont le panneau central a été peint par Dürer (ce panneau a été perdu). Il est peu probable que Grünewald ait rencontré Dürer à cette occasion car le panneau central a été réalisé en 1508-09. Un document de 1517 atteste également que Grünewald a terminé en 1516 le retable d'Issenheim, considéré comme son chef-d'œuvre. A la mort d'Uriel von Gemmingen en 1514, son successeur le cardinal Albrecht de Brandebourg (1490-1545) le prend à son service à Aschaffenburg. Le cardinal, grand adversaire de Martin Luther, est un protecteur des arts et des sciences. Il charge en particulier Matthias Grünewald de la réalisation d'un triptyque évoquant la Rencontre de saint Érasme et saint Maurice (1520-1525), dont seul le panneau central a été conservé. Au cours des années suivantes, Grünewald ne reste pas au service du cardinal. Outre la peinture, il réalise encore des travaux hydrauliques. On le trouve à Mayence, à Francfort puis à Halle-sur-Saale (Saxe-Anhalt) où il meurt en 1528.

 

Matthias Grünewald. Le portement de croix (1523-24)Matthias Grünewald. Le portement de croix (1523-24)

Huile sur bois, 193 × 152,5 cm, Kunsthalle, Karlsruhe

 

Œuvre

 Matthias Grünewald est un peintre atypique pour le début du 16e siècle, époque où l'influence de la Renaissance italienne atteint l'Europe entière. Tout d'abord, il ne s'intéresse qu'aux sujets religieux, prolongeant ainsi la thématique presque unique de la peinture du Moyen Âge. Ensuite, ses compositions ont un caractère mystique accentuant la violence de l'expression. Il utilise la couleur et la lumière pour investir ses personnages d'une véhémence étrangère à la peinture de l'époque qui est axée sur la recherche de la beauté. Les scènes les plus sombres sont aussi les plus fortes chez cet artiste qui peint sans aucune idéalisation des corps suppliciés, désarticulés, malades. La puissance de sa peinture est stupéfiante. Elle tient probablement à une personnalité hantée par les aspects les plus tragiques de la mythologie chrétienne. Elle résulte aussi de sa capacité à écarter des dominantes esthétiques de son temps : Grünewald prolonge le Moyen Âge en substituant à l'illustration naïve des belles légendes du christianisme un réalisme de la douleur physique et morale qui reste unique dans l'histoire de l'art.

 

 Matthias Grünewald. Le Christ outragé (1503-04)

Matthias Grünewald. Le Christ outragé (1503-04). Huile sur bois, 109 × 73,5 cm, Alte Pinakothek, Munich.

Le Christ, les yeux bandés, a été battu par une bande d'individus dont le peintre souligne la bassesse inscrite sur les visages. On pourra comparer ce tableau avec Le portement de croix de Jérôme Bosch. Le Christ montre un visage paisible car il appartient au divin. Les personnages qui l'entourent expriment des sentiments orientés vers l'agressivité : ils appartiennent à l'humanité pécheresse.

 Matthias Grünewald. Crucifixion (1509-11)

Matthias Grünewald. Crucifixion (1509-11). Huile sur bois, 61,5 × 46 cm, National Gallery of Art, Washington.

L'une des premières crucifixions de Grünewald. Les caractéristiques essentielles du réalisme du peintre sont présentes : corps supplicié avec plaies apparentes, tête qui tombe, clous transperçant mains et pieds. La croix elle-même fléchit sous le poids. Il s'agit d'une croix construite sommairement avec une grosse branche.

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, vue d'ensemble (1512-16)

Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, vue d'ensemble (1512-16). Musée d'Unterlinden, Colmar.

Ce polyptyque de 3,30 m de haut et 5,90 m de large ornait à l'origine le maître-autel de l'église du couvent des Antonins à Colmar (France). Matthias Grünewald en a réalisé les peintures tandis que Nicolas de Haguenau (1445/60-1538) est l'auteur des sculptures de la caisse supportant l'ensemble. Il s'agit d'une structure complexe comprenant une double série de volets autorisant trois configurations : retable fermé, première ouverture, deuxième ouverture. L'ouverture n'avait lieu qu'exceptionnellement pour les jours de fête. Aujourd'hui, les trois ensembles sont présentés séparément. Sur la photographie ci-contre, au premier plan, le retable est en position fermée.

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion (1512-16)

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion (1512-16). Huile sur bois, 269 × 307 cm, musée d'Unterlinden, Colmar.

Retable fermé, panneau central. La crucifixion de Jésus-Christ est traitée de façon beaucoup plus réaliste qu'à l'habitude. L'artiste cherche à montrer un véritable crucifié avec ses plaies et son visage exténué de souffrance. Le corps est déformé par le supplice et le sang coule des mains et des pieds. Les os de la cage thoracique saillissent. Le fond sombre permet d'accentuer la dimension tragique. À gauche, Marie est soutenue par Jean l'Evangéliste et Marie-Madeleine est à genoux. À droite, saint Jean-Baptiste est accompagné de l'agneau, symbolisant le Christ sacrifié.
 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion, détail (1512-16)

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Crucifixion, détail (1512-16). Huile sur bois, musée d'Unterlinden, Colmar.

Grünewald ne cherche nullement à embellir la scène selon la tendance de l'époque. Il ne nous fait grâce d'aucun détail, ce qui le rend effectivement « moderne ». La peinture des 20e et 21e siècles a parfois, elle-aussi, cherché à montrer la laideur, qui n'exclut pas toujours la grandeur. C'est le cas ici. Les contemporains devaient bien entendu être profondément touchés par une telle image.

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Résurrection (1512-16)

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Résurrection (1512-16). Huile sur bois, musée d'Unterlinden, Colmar.

Première ouverture du retable, panneau de droite. Le sujet est traité de façon très dynamique et semble illustrer une phrase de l'Évangile selon Matthieu (17.2) : « Et il fut transfiguré devant eux. Et sa face brilla comme le soleil. »

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Saint Paul et Saint Antoine dans le désert (1512-16)

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Saint Paul et Saint Antoine dans le désert (1512-16). Huile sur bois, 265 × 141 cm, musée d'Unterlinden, Colmar.

Deuxième ouverture du retable, panneau de gauche. Antoine d'Egypte ou Antoine l'Ermite (à gauche) aurait vécu aux 3e et 4e siècles après J.-C. en Egypte. Il se serait retiré sur le mont Qolzum en Thébaïde (Egypte méridionale) pour vivre en ermite. Saint Paul Ermite est un homme du des 3e et 4e siècles après J.-C., originaire de Thèbes, qui aurait vécu soixante ans dans une grotte. Grünewald illustre ici une légende selon laquelle Antoine, apprenant qu'il n'était pas le premier ermite, partit rencontrer Paul. À l'heure du déjeuner, un corbeau apporta une double ration de pain.

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Tentation de Saint Antoine, détail (1512-16)

 Matthias Grünewald. Retable d'Issenheim, Tentation de Saint Antoine, détail (1512-16). Huile sur bois, musée d'Unterlinden, Colmar.

Deuxième ouverture du retable, panneau de droite. L'ordre des Antonins, pour lequel le retable a été réalisé, avait pour vocation de soigner les malades. Grünewald a représenté ici un malade atteint de la peste du feu ou mal des ardents, aussi appelée feu saint Antoine. Il s'agit probablement de la seule représentation réaliste de cette maladie qui entraînait une mortalité élevée.

 Matthias Grünewald. La Vierge de Stuppach (1517-19)

 Matthias Grünewald. La Vierge de Stuppach (1517-19). Huile sur bois, 186 × 150 cm, église paroissiale, Stuppach.

Ce panneau fut l'élément central du retable Notre-Dame des neiges dans l'église abbatiale d'Aschaffenburg. Il s'agit d'une des rares peintures optimistes d Grünewald. La Vierge joue avec l'Enfant Jésus. La scène se situe dans un jardin luxuriant avec en arrière-plan une architecture de l'époque, ce qui était la règle chez la plupart des artistes.

 Matthias Grünewald. La Vierge de Stuppach, détail (1517-19)

 Matthias Grünewald. La Vierge de Stuppach, détail (1517-19). Huile sur bois, 186 × 150 cm, église paroissiale, Stuppach.

L'artiste a apporté un soin minutieux à la décoration florale.

 Matthias Grünewald. Le miracle de la neige (1517-19)

 Matthias Grünewald. Le miracle de la neige (1517-19). Huile sur bois, 179 × 91 cm, Städtische Museen, Freiburg im Breisgau.

Ce panneau fut l'aile droite du retable Notre-Dame des neiges dans l'église abbatiale d'Aschaffenburg. Le sujet est la fondation légendaire de la basilique Santa Maria Maggiore de Rome encore appelée Santa Maria ad Nives (Sainte-Marie-aux-Neiges). Selon la légende, la Vierge apparut en rêve au pape Saint-Libère, ainsi qu'à un riche romain nommé Jean, dans la nuit du 4 au 5 août 358. Elle demanda d'ériger un sanctuaire. Au matin, constatant qu'il avait neigé en plein mois d'août, le pape ordonna de construire la basilique de Sainte-Marie-aux-Neiges sur le sommet enneigé de l'Esquilin, l'une des sept collines de Rome. Sur le panneau le pape Libère entame la construction de la basilique sur la neige.

 Matthias Grünewald. Rencontre de saint Érasme et saint Maurice (1520-25)

 Matthias Grünewald. Rencontre de saint Érasme et saint Maurice (1520-25). Huile sur bois, 226 × 176 cm, Alte Pinakothek, Munich.

Mythologie chrétienne. Maurice d'Agaune, dit saint Maurice, est le chef de la légion thébaine, un groupe de soldats égyptiens du 3e siècle après J.-C., au service de l'Empire romain. Ayant reçu l'ordre de tuer tous les habitants d'une bourgade des Alpes convertis au christianisme, Maurice refuse d'obéir car il est copte et chrétien. S'ensuit le massacre de la légion thébaine à Agaune (aujourd'hui Saint-Maurice en Suisse). Érasme de Formia, dit saint Érasme ou saint Elme, est un évêque victime des persécutions de l'empereur Dioclétien au 3e siècle après J.-C. Torturé, il résiste longuement car il est protégé par des anges. Il devint le saint patron des marins. Grünewald fait se rencontrer les deux saints, évènement qui n'a évidemment jamais eu lieu. Le visage de saint Érasme est un portrait d'Albrecht de Brandebourg, le commanditaire du tableau.

 Matthias Grünewald. Le portement de croix (1523-24)

 Matthias Grünewald. Le portement de croix (1523-24). Huile sur bois, 193 × 152,5 cm, Kunsthalle, Karlsruhe.

Ce panneau constituait l'avers du retable de l'église de Tauberbischofsheim. Il s'agit de la scène la plus mouvementée peinte par Grünewald. L'universalisme de l'œuvre provient du dualisme bien-mal. Le visage du Christ exprime à la foi bonté et souffrance, tandis que ses bourreaux sont affublés de mimiques haineuses et agressives. De même que pour Le Christ outragé (ci-dessus), on pourra établir une comparaison avec Le portement de croix de Jérôme Bosch.

 Matthias Grünewald. Crucifixion (1523-24)

 Matthias Grünewald. Crucifixion (1523-24). Huile sur bois, 193 × 152,5 cm, Kunsthalle, Karlsruhe.

Cette crucifixion figurait au revers du retable de l'église de Tauberbischofsheim. Le style reste celui de la crucifixion de 1509-11 (Washington) mais le tableau est beaucoup plus grand, ce qui lui donne une puissance considérable. L'artiste a encore accentué la rusticité de l'ensemble (croix, couronne d'épines, etc.).

 

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

 MATTHIAS GRÜNEWALD

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau