Giorgio Vasari

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

______________________________________________________________________

 

Autoportrait

 

 Vasari. Autoportrait (1550-67)

Vasari. Autoportrait (1550-67)

Huile sur toile, 101 × 80 cm, Galerie des Offices, Florence.

 

 

Biographie

 

1511-1574

Giorgio Vasari est né à Arezzo, ville située à environ 80 km au sud-est de Florence. Il est issu d'une famille comportant des artistes et des artisans. Son nom provient sans doute de la spécialité de ses ancêtres, la poterie (potier en italien : vasaio). Vasari consacre dans Les Vies (*) un article à son ancêtre Lazzaro Vasari (1399-1452), peintre estimé qui travailla avec Piero della Francesca. Le fils de  Lazzaro, Giorgio (1416-1484), dit l'Ancien, fit des recherches sur les poteries antiques dans la région d'Arezzo et en offrit à Laurent de Médicis (1449-1492). Giorgio l'Ancien fabriquait lui-même des poteries en s'inspirant de l'esthétique de l'Antiquité. Vasari cite le nom de son père, Antonio, et celui de sa mère, Maddalena de Tacci, mais ne donne aucun détail à leur sujet.

On sait que le jeune Giorgio Vasari fut l'apprenti du maître verrier français Guillaume de Marcillat (1470-1529), qui réalisa les vitraux de la cathédrale d'Arezzo entre 1516 et 1524. Le jeune homme est ambitieux et, vers 1524, il part à Florence approfondir ses connaissances artistiques. Il sera l'élève d'Andrea del Sarto (1486-1531) et de Michel-Ange qu'il considère dans Les Vies (*) comme le plus grand génie artistique de tous les temps. C'est sans doute sous l'influence du grand maître que le dessin conservera pour Vasari une place centrale : pour lui, la peinture est d'abord et avant tout un dessin.

 

Vasari. Six poètes toscans (1544)

Vasari. Six poètes toscans (1544)

Huile sur bois, 131 × 132 cm, Minneapolis Institute of Arts, Minneapolis.

 

En 1529 (il n'a que 18 ans), il part pour Rome et y retournera en 1538. Il y étudie les œuvres de Raphaël et copie les tableaux les plus célèbres de la Renaissance. Vasari sait se ménager les protections nécessaires pour accéder à la réussite. Ainsi, il travaille pour Ottaviano de Médicis (1484-1546) qui fut gonfalonier de Florence, c'est-à-dire membre du gouvernement, et pour le richissime banquier Bindo Altoviti (1491-1556), l'un des plus grands mécènes de l'époque, dont Raphaël avait fait le portrait vers 1512-1515.

Dans les années 1540, Vasari partage son temps entre Venise, Rome et Naples. A Rome, le pape Paul III (1468-1549) lui demande de décorer de fresques le palais de la Chancellerie. Ces fresques sont consacrées à la glorification de Paul III qui appartenait à une grande famille : les Farnèse. Vers 1546, l'artiste revient à Florence où il vivra presque continûment jusqu'à la fin de sa vie. En 1553, Cosme 1er de Médicis (1519-1574), qui gouverne Florence, lui confie l'aménagement de son palais. Dès lors, il devient le grand maître d'œuvre de la vie artistique florentine. Outre la rénovation et la décoration des résidences princières, il organise les funérailles solennelles de Michel-Ange en 1564, dessine les décors pour le mariage de François de Médicis (1541-1587) et de Jeanne d'Autriche (1547-1578), fille de l'empereur du Saint Empire romain germanique, en 1565. La même année, il conçoit et réalise le corridor reliant le Palazzo Vecchio au Palais Pitti : ce passage couvert permet aux Médicis de traverser l'Arno, pour circuler entre les palais, sans descendre dans la rue.

 

Corridor de Vasari vu des Offices à Florence

Corridor de Vasari vu des Offices à Florence

 

A la fin de sa vie, Vasari rénove les églises Santa Maria Novella et Santa Croce et entreprend la décoration de la coupole de la cathédrale de Florence qui sera achevée après sa mort par Federico Zuccaro (1542-1609).

Devenu très riche, Giorgio Vasari se fit construire, à partir de 1547, une vaste demeure à Arezzo dont il décora entièrement murs et voûtes de fresques, de tableaux et de sculptures. Il se consacra également à la rédaction de son célèbre ouvrage, Les Vies (*) qui contient la biographie et la description de l'œuvre des artistes italiens depuis Cimabue (1240-1302). Ce livre, qui comporte beaucoup d'anecdotes et aussi d'inexactitudes, est considéré comme l'un de premiers travaux d'histoire de l'art. Il reste aujourd'hui une source précieuse.

 

(*) Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes (première édition 1550, remaniée en 1568, traduction Leclanché, 1841)

 

 

Œuvre

 

Peintre, architecte, historien de l'art, écrivain, Giorgio Vasari multiplie les activités. Il fait partie de ces grands humanistes de la Renaissance cherchant à embrasser la totalité des savoirs de leur époque. Il en résulte inéluctablement une réussite inégale selon les domaines. La sienne est plus nette en architecture et histoire de l'art qu'en peinture. Sa brillante réussite dans la Florence du 16e siècle nous laisse aujourd'hui des monuments et la première Histoire de l'art mais peu de peintures vraiment intéressantes. Il était fasciné par Michel-Ange comme le montre son chapitre consacré au grand maître dans Les Vies. Son activité débordante et éclectique résulte-t-elle de cette admiration ? Une chose est certaine : il emprunte à Michel-Ange le style maniériste et la volonté d'aller au-delà du possible si l'on observe l'étendue de fresques peintes par son atelier. Mais le génie ne se copie pas : les fresques de Vasari ne se comparent pas à celles de Michel-Ange.

Giorgio Vasari eut une intuition géniale en rédigeant Les Vies, tout simplement parce qu'il vivait à l'époque du grand renouveau de l'art, qu'il fréquentait Michel-Ange et qu'il avait le savoir-faire et la culture nécessaires pour se former un jugement sur la création artistique. Le critique d'art Eugène Müntz (1845-1902) a bien exprimé cette conjonction de facteurs favorables :

« Il a fallu dans l'Histoire de l'art pendant la Renaissance, pour créer cette œuvre monumentale, non seulement un véritable tempérament d'écrivain et d'érudit, mais encore le concours de circonstances exceptionnelles : composées trente années plus tôt ou trente années plus tard, les Vite ne présenteraient plus qu'un intérêt secondaire. Dans la première hypothèse, Vasari n'aurait pas pu connaître encore tous ces grands artistes qui ont imprimé à l'art italien sa consécration suprême ; dans la seconde, il n'aurait plus compris les glorieux précurseurs de XIVe et du XVe siècle. »

 

Vasari. Les vies, édition originale de 1568

Vasari. Les vies, édition originale de 1568

 

Il en résulte qu'aujourd'hui encore, nous puisons mille anecdotes dans le livre de Vasari qui restitue toute l'ambiance de la création artistique de la Renaissance avec ses immenses aléas, ses personnalités passionnées et son prodigieux optimisme.

Seule la partie picturale de l'œuvre de Vasari sera illustrée ci-après.

 

Tableaux

 
Vasari. Déposition du Christ (v. 1540)Vasari. Déposition du Christ (v. 1540). Huile sur toile, 311 × 210 cm, Santi Donato e Ilariano, Camaldoli. Mythologie chrétienne. Après la crucifixion de Jésus-Christ, son corps est descendu de la croix par Joseph d'Arimathie et Nicodème (descente de croix) puis déposé (déposition du Christ) pour être remis à sa mère Marie. Ce tableau a été commandé par le monastère de Camaldoli, proche de Florence.
 
Vasari. Six poètes toscans (1544)Vasari. Six poètes toscans (1544). Huile sur bois, 131 × 132 cm, Minneapolis Institute of Arts, Minneapolis. « Portrait de groupe de six écrivains et poètes italiens : Dante Alighieri, Pétrarque, Guido Cavalcanti, Boccace, Cino da Pistoia et Guittone d'Arezzo. » (Notice Minneapolis Institute of Arts)
 
Vasari. Pietà (v. 1550)Vasari. Pietà (v. 1550). Huile sur bois, 174 × 130 cm, musée de la Chartreuse, Douai. Mythologie chrétienne. La Vierge Marie pleure Jésus-Christ, son enfant mort, qu'elle tient sur ses genoux. Le Christ vient d'être crucifié et n'a pas encore été mis au tombeau. Anciennement attribuée à Francesco Morandini, cette Pietà est désormais unanimement reconnue comme une œuvre de Vasari. « L'idéalisation des visages, les musculatures puissantes, le répertoire gestuel sont autant d'éléments qui caractérisent la deuxième génération maniériste à Florence. Le corps encore souple du Christ est un souvenir incontestable de la Pietà de Michel Ange alors que le profil et la chevelure bouclée de saint Jean évoquent les figures de Rosso. A ces influences, s'ajoute un goût pour une gamme variée de couleurs acides qui créent de précieux effets de décoloration. » (Notice musée de la Chartreuse de Douai)
 
Vasari. Annonciation (1564-67)Vasari. Annonciation (1564-67). Huile sur bois, 216 × 166 cm, Musée du Louvre, Paris. L'archange Gabriel annonce à la Vierge Marie la naissance prochaine du Christ (maternité divine de la Vierge selon le dogme chrétien). « Panneau central d'un triptyque peint vers 1564 - 1567 pour le maître-autel de l'église dominicaine de Santa Maria Novella d'Arezzo ; les volets avec saint Donat, évêque d'Arezzo et saint Dominique, patron de l'église, sont conservés à Florence (Cassa di Risparmio). » (Notice musée du Louvre)
 
Vasari. Le jardin de Gethsémani (v. 1570)Vasari. Le jardin de Gethsémani (v. 1570). Huile sur bois, 127 ×143,5 cm, Musée National d'art occidental, Tokyo. Mythologie chrétienne. L'épisode est décrit dans le nouveau testament. Le jardin de Gethsémani est un lieu où Jésus et les apôtres auraient prié avant la crucifixion.
 
Persée et Andromède (1570-72)Persée et Andromède (1570-72). Huile sur ardoise, 117 × 100 cm, Palazzo Vecchio, Florence. Mythologie grecque. Pour d'obscures raisons familiales, Andromède est exposée nue sur un rocher. Elle doit être dévorée par un monstre marin, mais Persée, grand héros mythologique, la sauve... et l'épouse.

 

Fresques

 La superficie de fresques peintes par Vasari est considérable : Palais de la Chancellerie à Rome, Palazzo Vecchio, églises Santa Maria Novella et Santa Croce, Duomo à Florence, sans omettre ses deux maisons de Florence et Arezzo. Les assistants de Vasari jouaient évidemment le rôle principal dans l'exécution, le maître se contentant de la conception et de la direction des travaux.

Vasari. Casa Vasari d'Arezzo (1542-48)

Vasari. Casa Vasari d'Arezzo (1542-48). Il s'agit ici de la salle du Triomphe de la Vertu. Vasari, devenu riche, veut posséder ce qu'il réalise pour la noblesse. Le réflexe est banal chez celui qui a réussi. Il possédait également une maison à Florence, évidemment entièrement décorée.
 
Vasari. Paul III Farnèse supervisant la construction de Saint-Pierre (1546)Vasari. Paul III Farnèse supervisant la construction de Saint-Pierre (1546). Fresque, Palais de la Chancellerie, Rome. Au début du 16e siècle, l'ancienne basilique Saint-Pierre, érigée au 4e siècle, tombait en ruine. Le pape Jules II décida en 1505 d'abattre les ruines et de reconstruire. Les travaux se prolongèrent jusqu'au milieu du 17e siècle. Vasari veut ici illustrer le rôle de son commanditaire, le pape Paul III (1468-1549), dans la reconstruction de la basilique. Maniérisme oblige, nous sommes dans l'affectation la plus complète : Paul III, à gauche, dirige les travaux au milieu d'élégants et d'élégantes vêtus à l'antique.
 
Palazzo Vecchio à FlorencePalazzo Vecchio. Le Palazzo Vecchio de Florence, servant aujourd'hui d'hôtel de ville, comporte plusieurs salles décorées par Giorgio Vasari. Ci-après quelques exemples des fresques réalisées dans la chambre de Cosme 1er de Médicis (1519-1574) entre 1555 et 1558.
 
Vasari. Allégorie de Pise (1557-58)Vasari. Allégorie de Pise (1557-58). Fresque, 27 × 24 cm, Palazzo Vecchio, Chambre de Cosme 1er, Florence. En bas, une vue de Sienne.
 
Vasari. Allégorie d'Arezzo (1557-58)Vasari. Allégorie d'Arezzo (1557-58). Fresque, 25 × 21 cm, Palazzo Vecchio, Chambre de Cosme 1er, Florence. En bas, une vue de Florence.
 
Vasari. Giovanni et Garzia de Médicis (1556-58)Vasari. Giovanni et Garzia de Médicis (1556-58). Fresque, 9 × 7 cm, Palazzo Vecchio, Chambre de Cosme 1er, Florence. Il s'agit de deux des onze enfants de Cosme 1er de Médicis.
 
Vasari. Salle des Eléments (1555-57)Vasari. Salle des Eléments (1555-57). Vasari a travaillé dans cette salle avec Cristofano Gherardi (1508-1556).
 
Vasari. Le jugement dernier (1572-79)Vasari. Le jugement dernier (1572-79). Fresque, Duomo, Florence. Dernier travail de Vasari, la décoration de l'énorme coupole de la cathédrale de Florence, appelée Duomo. Il s'agit d'une évocation du Jugement dernier, thème courant emprunté aux mythologies juive, chrétienne et musulmane. Selon le mythe (ou le dogme pour les croyants) le Jugement dernier est le jour où la divinité, après avoir ressuscité les morts, va classer les humains en damnés et justes. Les uns et les autres auront ensuite un sort distinct.
 
Vasari. Le jugement dernier, détail (1572-79)Vasari. Le jugement dernier, détail (1572-79). Fresque, Duomo, Florence. Depuis le Moyen Âge, ce thème permet aux artistes de concevoir des scènes apocalyptiques. Les bons humains vont au paradis et les mauvais brûlent en enfer pour l'éternité. Le peuple y croyait vraiment ; quant à l'élite cultivée, c'est une autre histoire.

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

 GIORGIO VASARI

Ajouter un commentaire