21ème siècle : la rupture

12/04/2011

Patrick AULNAS

Les tendances démographiques ou macro-économiques du 20e siècle ne pourront pas se poursuivre au 21e. Il est facile de s'en rendre compte en prolongeant les tendances quantitatives du 20e siècle jusqu'à l'année 2100.

 

1. Quelques exemples significatifs

 

  • Population mondiale
    En 1900 : 1,6 milliards  En 2000 : 6,1 milliards
    Taux de croissance annuel moyen : 1,35%
    A ce rythme, population mondiale en 2100 : 23,3 milliards d'individus
  • Part des dépenses de santé dans le PIB en France 
    En 1960 : 3,8%  En 2006 : 11,1%
    Taux de croissance annuel moyen : 2,36%
    A ce rythme, les dépenses de santé seraient de 137% (!) du PIB en 2100 
     
  • Production mondiale d'acier brut
    En 1900 : 28 millions de tonnes En 2000 : 948 millions de tonnes
    Taux de croissance annuel moyen : 3,58%
    A ce rythme, la production serait de 31 945 millions de tonnes en 2100
     
  • Production mondiale d'automobiles
    En 1900 : 8 292 unités En 2000 : 58 374 162 unités
    Taux de croissance annuel moyen : 9,26%
    A ce rythme, la production serait de 400 milliards de véhicules en 2100

Beaucoup d'autres exemples pourraient être cités.

 

2. Toutes ces données convergent vers un constat simple

 

  • Les évolutions économiques quantitatives du 20e siècle s'arrêteront au 21e siècle.

Les dirigeants politiques ont clairement conscience de cette réalité mais ils ne disposent pas des moyens de réguler ce processus non maîtrisé. Il est impossible de dire aujourd'hui si une régulation politique à l'échelle de la planète pourra être mise en place à temps. A défaut de régulation, la transition sera violente (crises, guerres, révolutions).

  • La crise économique et financière qui a débuté en 2008 (great recession) peut être considérée comme le premier symptôme d'une transition violente.

 

Cliquez sur le lien ci-après pour télécharger un diaporama Power Point sonorisé sur ce thème.

21e-siècle-la-rupture.pps