Jérôme Bosch

 
 

Cliquer sur les images pour les agrandir.

Pour passer directement d'une image agrandie à l'autre, cliquer au centre droit ou gauche de l'image.

__________________________________________________________________________________

 

 Portraits

 

  Portrait de Jérôme Bosch (Livre des peintres de Van Mander)          Portrait de Jérôme Bosch (Bibliothèque municipale d'Arras)                Portrait de Jérôme Bosch (anonyme)

 

Biographie

 

Vers 1453-1516

 Hieronymus van Aken naît vers 1453 à 's-Hertogenbosch ou Den Bosch (traduit en français Bois-le-Duc, bosch signifiant bois), commune située au sud des Pays-Bas (Brabant septentrional). Il a donc emprunté la syllabe finale du nom de sa commune de naissance pour former son pseudonyme d'artiste et il est désormais universellement connu comme Hieronymus Bosch ou Jérôme Bosch pour les francophones. Il était en quelque sorte prédestiné à devenir peintre puisque son grand-père Jan van Aken et son père Anthonis van Aken exerçaient déjà ce métier.

 

Bosch. Saint Jean-Baptiste dans le désert (1504-05)Bosch. Saint Jean-Baptiste dans le désert (1504-05)

 

Sa période de formation se déroule donc dans l’atelier familial dans lequel travaillaient également ses oncles. En 1478, il épouse Aleyt Goyarts Van den Meervenne, la fille d’un bourgeois aisé, de vingt ans son aînée. Il acquiert ainsi une aisance financière qui lui donnera une plus grande liberté de création. En 1480, il apparaît comme peintre dans les archives de sa commune. Les deux époux deviennent membres de la confrérie Notre-Dame de Bois-le-Duc en 1486, suivant en cela une tradition familiale. Cette confrérie se consacrait au culte de la Vierge et à des œuvres de charité. Mais elle est également considérée comme proche d’une secte hérétique Les Frères du Libre-Esprit. On ignore si le peintre fit partie de cette secte, mais selon l’historien d’art allemand Wilhelm Fraenger (1890-1964) son œuvre traduit son influence. Il s’agit là d’une simple interprétation conjecturale de l’œuvre du peintre, sans éléments historiques objectifs.

A cette époque, Bosch travaille pour les grandes familles de Bois-le-Duc, pour la confrérie Notre-Dame et d’autres communautés du même type ainsi que pour les bourgs environnants. Sa réputation va s’étendre rapidement : le duc de Bourogne Philippe le Beau (1478-1506) et le cardinal vénitien Grimani (1461-1523) lui adressent des commandes. La biographie de Bosch comportant beaucoup de lacunes, il n’est pas exclu qu’il ait voyagé en Italie, comme le faisait parfois les peintres de cette époque.

La vie de Jérôme Bosch se poursuit ensuite paisiblement à Bois-le-Duc entre son épouse, son atelier et la confrérie Notre-Dame. Son inspiration si atypique provient donc de lectures comme celle de Jan van Ruysbroeck (1293-1381), clerc brabançon auteur de onze traités mystiques rédigés en néerlandais et suspectés d’hérésie par Jean de Gerson (1363-1429), chancelier de l’Université de Paris.

Jérôme Bosch meurt en 1516 à Bois-le-Duc et il sera vite oublié. Karel Van Mander (1548-1606) le signale dans son Livre des peintres de 1604, mais à partir du classicisme, on ne verra en lui qu’un fou ou un extravagant ; cela jusqu’à la première moitié du 20e siècle.

 

Œuvre

 

Le hasard n'est pour rien dans la redécouverte de Bosch au 20e siècle. La psychanalyse peut y déceler le langage de l'inconscient, le surréalisme celui d'un visionnaire, etc. Mais de telles interprétations sont beaucoup plus anciennes et ont seulement été accommodées au goût du jour. En 1605, Jose de Sigüenza (1544-1606), historien et théologien espagnol, écrivait déjà : « Les autres cherchent à peindre les hommes tels qu'ils apparaissent vus du dehors ; celui-ci a l'audace de les peindre tels qu'ils sont au-dedans. »

 

Bosch. Le portement de croix (1515-16)Bosch. Le portement de croix (1515-16)

 

Le premier angle du vue est donc celui d'un peintre de l'intériorité ; une intériorité troublée, tourmentée, inquiète. L'emprise de la religion sur les esprits de l'époque, le manichéisme chrétien, se traduisent par des évocations de paradis et d'enfer. Le démon se manifeste sous forme de figures diverses considérées comme plus ou moins monstrueuses et il peut même se cacher dans les objets environnants. L'œuvre de Bosch est donc d'abord et avant tout très située historiquement : elle nous offre une image du monde intérieur des hommes de cette période charnière de l'histoire qui s'extrait lentement du Moyen Âge tout en laissant encore pour longtemps dans l'esprit des hommes des figures naïves et une dichotomie religieuse simpliste entre le bien et le mal.
La seconde approche consiste à privilégier l'expression artistique. Bosch est à la fois un dessinateur et un coloriste de génie. Cela n'a pas échappé aux amateurs d'art de son époque ; l'archiduc d'Autriche et le roi d'Espagne étaient des admirateurs de Bosch. En observant les détails, reproduits ci-dessous, du Jardin des délices, il est aisé de constater les innovations majeures dans l'utilisation de la couleur par rapport aux « primitifs flamands ». Ce ne sont que nuances de gris, d'ocre, de rose, de verts, effets de transparence, mais aussi contrastes entre fonds sombres et objets éclatants.
On a souvent rapproché Bosch des peintres surréalistes ; ces derniers utilisent en effet les techniques picturales avec le même état d'esprit : Max Ernst, L'antipape (1941-42) ; Salvador Dali, Swans Reflecting Elephants (1937). Il s'agit d'offrir par l'image un accès à une dimension plus ou moins obscure de la réalité humaine (rêves, fantasmes, inconscient, etc.). Si, au sortir du Moyen Âge, l'intériorité humaine avait une forte dimension religieuse, elle ne se limitait pas à cela. Les démons de Bosch et les monstres de Dali sont cousins. Ainsi, au-delà de son inspiration religieuse initiale, l'œuvre de Jérôme Bosch touche à l'universel parce qu'elle évoque le plus intime de l'être humain.

Bosch. Épiphanie (1475-80)

Epiphanie (1475-80). Huile sur bois, 74 × 54 cm, Museum of Art, Philadelphia. Ou Adoration des mages. Jésus est présenté aux Mages. Selon la mythologie chrétienne, trois mages (astronomes) auraient suivi une étoile vers le lieu de naissance de Jésus-Christ. Arrivés près de Jésus, ils lui offrent l’or, l’encens et la myrrhe
 
Bosch. Le Christ portant sa croix (1480)
Le Christ portant sa croix (1480). Huile sur bois, 57 × 32 cm, Kunsthistorisches Museum, Vienne. Les anachronismes n’effrayaient pas les peintres du 15e siècle. Les soldats ont des armures moyenâgeuses et un prêtre apparaît en bas à droite.

Bosch. Crucifixion (1480-85)

Crucifixion (1480-85). Huile sur bois, 74,7 × 61 cm, Musées Royaux des Beaux-Arts, Bruxelles. Les personnages au pied de la croix sont la Vierge Marie, l'apôtre Jean, le donateur agenouillé et Saint-Pierre tenant les clefs. Il s'agit d'un tableau de jeunesse assez proche de celui de Gérard David portant le même titre, mais l'atmosphère est plus apaisée chez Bosch.
 
Bosch. Triptyque du Chariot de foin (v. 1500), PradoTriptyque du Chariot de foin (v. 1500), Prado. Huile sur bois, 135 × 190 cm, Musée du Prado, Madrid. Triptyque allégorique sur le thème de la tentation du mal. Mythologie chrétienne. Panneau de gauche : le péché originel (paradis terrestre puis épisode du fruit défendu, puis Adam et Eve chassés du paradis terrestre). Panneau central : le chariot de foin symbolise la vie avec ses tentations et ses violences. Le style de Bosch se manifeste pleinement ici avec une multitude de petits personnages, parfois démoniaques, exprimant cupidité, luxure et violence, bref le péché selon les critères religieux. Panneau de droite : l'enfer et la damnation vus par Bosch.
 
Bosch. Le jardin des délices, ouvert (v. 1500)Le jardin des délices, ouvert (v. 1500). Huile sur bois, 220 × 195 cm (centre), 220 × 97 cm (chaque aile), Musée du Prado, Madrid. Voici l'œuvre la plus célèbre et la plus complexe de Jérôme Bosch. Le thème global est le même que celui du Triptyque du chariot de foin. Le panneau de gauche représente le paradis terrestre, celui du centre un jardin de plaisirs terrestres et celui de droite, l'enfer.
 
Bosch. Le jardin des délices, fermé (v. 1500)Le jardin des délices, fermé (v. 1500). Huile sur bois, 220 × 97 cm (chaque aile), Musée du Prado, Madrid. Il s’agit d’une grisaille (ombrages de gris et de brun) représentant un globe transparent. Des interprétations bibliques diverses ont été données (création du monde, déluge) ; elles importent peu. Il s’agit sans doute d’une allégorie de la terre et du ciel tels que pouvaient les imaginer les hommes imprégnés de religiosité de cette époque
 
Bosch. Le jardin des délices, panneau central (v. 1500)Le jardin des délices, panneau central (v. 1500). Huile sur bois, 220 × 195 cm, Musée du Prado, Madrid. Voici précisément les délices terrestres de l’humanité. Conformément à la morale chrétienne, les délices présentent un danger, surtout lorsqu’il s’agit d’érotisme. Comme ces hommes et femmes sont nus, ils évoquent principalement ce que les chrétiens appelaient le péché de chair. Bref, le message global est celui de la « chute » et du « rachat ». La vie terrestre est dangereuse et peut mener à l’enfer (panneau de gauche) si l’homme « succombe au péché ».
 
Bosch. Le jardin des délices, p. central, détail 1 (v. 1500)Le jardin des délices, p. central, détail 1 (v. 1500). Les détails montrent que l’érotisme (considéré comme un danger) est omniprésent. Le soin minutieux apporté à la réalisation apparaît dans la complexité des nuances et des effets.

 Bosch. Le jardin des délices, p. central, détail 2 (v. 1500)

Bosch. Le jardin des délices, p. central, détail 3 (v. 1500)

Le jardin des délices, p. central, détail 3 (v. 1500). Particulièrement surréaliste avec plus de quatre siècles d’avance.

 
Bosch. Le jardin des délices, p. central, détail 4 (v. 1500)
 
Bosch. Le jardin des délices, aile gauche (v. 1500)Le jardin des délices, aile gauche (v. 1500). Huile sur bois, 220 × 97 cm, Musée du Prado, Madrid. Le paradis terrestre. Au premier plan, Adam, Dieu, et Eve. Dieu vient de créer Eve à partir d’une côte d’Adam (selon la Bible). Ambiance sereine.
 
Bosch. Le jardin des délices, aile gauche, détail 1 (v. 1500)Le jardin des délices, aile gauche, détail 1 (v. 1500). Ces détails figurent la nature « innocente » d’avant la chute. Bosch utilise magistralement des nuances de gris, d’ocre, de rose et de blanc.
 
Bosch. Le jardin des délices, aile gauche, détail 2 (v. 1500)
 
Bosch. Le jardin des délices, aile droite (v. 1500)Le jardin des délices, aile droite (v. 1500). Huile sur bois, 220 × 97 cm, Musée du Prado, Madrid. L’enfer, tel qu’un artiste imaginatif pouvait se le représenter. Les spécialistes tentent de fournir une interprétation symbolique de certains détails, mais il ne s’agit que d’interprétations.
 
Bosch. Le jardin des délices, aile droite, détail 1 (v. 1500)Le jardin des délices, aile droite, détail 1 (v. 1500). Ces détails mettent en évidence des êtres humains aux prises avec des créatures sorties de l’imagination du peintre ou des hantises de l’époque. Les humains sont effrayés, se contorsionnent, souffrent. Tout sauf la sérénité. Le monde intérieur de Bosch est dominé par la tentation et la culpabilité telles que définies par le christianisme.
 
Bosch. Le jardin des délices, aile droite, détail 2 (v. 1500)
 
Bosch. Le jardin des délices, aile droite, détail 3 (v. 1500)
 
Bosch. Saint Jean l'évangéliste à Patmos (1504-05)Saint Jean l'évangéliste à Patmos (1504-05). Huile sur bois, 63 × 43,3 cm, Staatliche Museen, Berlin. Jean l’Évangéliste est un des douze apôtres du Christ dans la religion chrétienne. Selon la tradition il serait l’auteur d’un des quatre évangiles canoniques (évangile selon Saint-Jean). Mais cette attribution est mise en doute par les historiens. Pour échapper aux persécutions romaines, il s’exila à Patmos (île grecque). Selon la légende, lorsqu’il fut arrêté, il subit deux épreuves : immersion dans l’huile bouillante et absorption d’un poison provenant de serpents venimeux. Il sortit vainqueur des deux épreuves et mourut à Ephèse.
 
Bosch. Saint Jean-Baptiste dans le désert (1504-05)
Saint Jean-Baptiste dans le désert (1504-05). Huile sur bois, 48 × 40 cm, Museo Lázaro Galdiano, Madrid. Jean le Baptiste ou Saint Jean-Baptiste est le prophète qui, selon la tradition chrétienne, aurait annoncé la naissance du Christ. Comparer avec le Saint Jean-Baptiste au désert de Gérard de Saint-Jean pour apprécier le « surréalisme » de Bosch.

Bosch. La tentation de Saint Antoine (v. 1505)La tentation de Saint Antoine (v. 1505). Huile sur bois, 70 × 51 cm, Musée du Prado, Madrid. Antoine d’Egypte ou Antoine l’Ermite aurait vécu aux 3e et 4e siècles après J.-C. en Egypte. Il décide de suivre l’enseignement du Christ et se retire sur le mont Qolzum en Thébaïde (Egypte méridionale) pour vivre en ermite. Il est considéré comme le fondateur de l’érémitisme chrétien (vie en ermite).

 
Bosch. Triptyque de la tentation de Saint Antoine (1505-06)Triptyque de la tentation de Saint Antoine (1505-06). Huile sur bois, 131,5 × 119 cm (centre), 131,5 × 53 cm (chaque aile), Museu Nacional de Arte Antiga, Lisbonne. Ce triptyque peut donner lieu à des interprétations fines en rapport avec les croyances populaires et les préjugés religieux de l’époque. Cet aspect n’a plus d’intérêt que pour les historiens. Le panneau de gauche représente Saint Antoine attaqué par des diables (en haut, dans le ciel) puis à nouveau Saint Antoine affaibli et soutenu par deux moines et un laïc (en bas). Au centre du panneau central, à genoux, en bleu, Saint Antoine prie en regardant le spectateur du tableau. Il est toujours au milieu des hommes et des dangers représentés par des créatures diverses sorties de l’imagination du peintre. Le panneau de droite montre un Saint Antoine retiré du monde et qui médite avec un livre pieux à la main. L’ensemble de l’œuvre baigne dans une atmosphère pessimiste où le mal (tel que définit par la religion) est omniprésent. L’inconscient de Bosch semble affleurer et il est très conflictuel.
 
Bosch. Triptyque du jugement dernier, ouvert (1504-08)Triptyque du jugement dernier, ouvert (1504-08). Technique mixte sur bois, 163 × 128 cm (centre), 167 × 60 cm (chaque aile),  Akademie der bildenden Künste, Vienne. Selon les mythologies juive, chrétienne et musulmane, il s’agit du jour au cours duquel la divinité, après avoir ressuscité les morts, va classer les humains en damnés et justes. Les uns et les autres auront ensuite un sort distinct. Ce thème naïf, très populaire au Moyen Âge, permettait au peintre d’exercer sa créativité par de multiples scènes plus ou moins apocalyptiques. Les humains, dans le bas monde, sont nus et de petite taille. Les anges et les apôtres appartiennent à la cour céleste et sont représentés sur des nuages. Au centre, le juge suprême. C’est le panneau central qui figure ici le jugement dernier. Le panneau de droite représente le paradis terrestre (le jardin d’Eden) et celui de gauche l’enfer.
 
 Bosch. Triptyque du jugement dernier, fermé (1504-08)Triptyque du jugement dernier, fermé (1504-08). Huile sur bois, Akademie der bildenden Künste, Vienne. Comme de coutume, il s’agit d’une grisaille (dégradés de gris et d’ocre avec ombres afin de simuler une sculpture). A gauche, Saint Jacques le Majeur, l’un des douze apôtres, en pèlerinage. A droite Saint Bavon faisant l’aumône au pauvres.
 
Bosch. triptyque de l’adoration des mages, ouvert (v. 1510)Triptyque de l’adoration des mages, ouvert (v. 1510).  Huile sur bois, 138 × 72 cm (centre), 138 × 34 cm (chaque aile), Musée du Prado, Madrid. Le panneau central est une adoration des mages à rapprocher de l’Epiphanie de 1475-80. Comme toujours chez Bosch, des personnages mystérieux entourent la scène principale et évoquent le danger. De même, des cavaliers en armes apparaissent à l’arrière-plan. Le panneau de gauche représente le donateur Pieter Bronckhorst (à genoux) avec Saint Pierre et celui de gauche son épouse Agnes Bosshuyse (à genoux) avec Sainte Agnès. Les trois panneaux constituent une scène unique scindée en triptyque, ce qui différencie cette œuvre des autres triptyques de la même époque qui comportent trois scènes distinctes.
 
Bosch. Triptyque de l’adoration des mages, fermé (v. 1510)Triptyque de l’adoration des mages, fermé (v. 1510). Huile sur bois, 138 × 72 cm, Musée du Prado, Madrid. Il s’agit d’une messe de Saint Grégoire traitée en grisaille. Ce thème a souvent été traité à partir du Moyen Âge. Le pape Grégoire le Grand (540-604) célèbre la messe et le Christ, homme de douleur, apparaît sur l’autel. Selon la mythologie chrétienne, il s’agirait de prouver à une personne présente que le Christ est réellement présent au moment du rite de la communion. Pour les chrétiens, le pain et le vin échangés au moment de la communion symbolisent le corps du Christ. Il existe toute une affabulation religieuse sur le caractère « réel » de la présence de Jésus-Christ à ce moment-là.

Bosch. Le portement de croix (1515-16)Le portement de croix (1515-16). Huile sur bois, 74 × 81 cm, Museum voor Schone Kunsten, Ghent. Ce tableau permet à Bosch d’opposer le temporel et le spirituel, le profane et le sacré, la sérénité à l’agitation. Le Christ portant sa croix montre un visage paisible car il appartient au divin. Les personnages qui l’entourent expriment des sentiments orientés vers l’agressivité ; ils appartiennent à l’humanité pécheresse.

 

 

Google Art Project

Pour visionner d'autres œuvres sur GOOGLE ART PROJECT, cliquer sur le nom du peintre : 

Jérôme Bosch

Ajouter un commentaire